Un cas de rage canine confirmé aujourd’hui dans la Loire

Vetitude.fr | Le

L’Institut Pasteur a confirmé, ce jeudi 21 mai 2015, un cas de rage chez un chien de race bull terrier détenu square Louis Huguet, dans la commune de Chambon-Feugerolles (Loire). La préfecture recherche les personnes et les animaux qui sont entrés en contact avec cet animal entre le 7 et le 16 mai inclus.

 

Sans titre

Le bull terrier porteur du virus rabique est mort dans la nuit du 17 au 18 mai 2015 après avoir mordu une personne de son entourage et le chien d’un voisin. Trois autres personnes proches du propriétaire ont eu des contacts avec l’animal contaminé, selon l’enquête épidémiologique effectuée par la Direction départementale de la protection des populations (DDPP) et l’Agence régionale de santé (ARS) Rhône-Alpes. Elles ont été orientées sans tarder vers le centre antirabique de l’hôpital Nord de Saint-Etienne.

En outre, les investigations menées par les services de l’État ont révélé que ce chien a circulé illégalement dans des zones non indemnes de la rage avant son entrée sur le territoire français. Des analyses complémentaires sont en cours afin de préciser l’origine géographique du virus rabique en cause.

Dans l’attente de ces résultats, un arrêté préfectoral limite, pendant six mois à compter du 7 mai, les mouvements de tous les carnivores domestiques non valablement vaccinés contre la rage ou non identifiés, dans un périmètre qui englobe une partie de la commune du Chambon-Feugerolles. Au sein de cette zone de restriction, la primovaccination des chiens, des chats et des furets est interdite. Les chiens non valablement vaccinés ne peuvent circuler que s’ils sont tenus en laisse et muselés et ils ne doivent pas sortir de cette zone. De même, les chats non vaccinés sont enfermés ou circulent dans un panier fermé.

En cas d’apparition d’un signe clinique chez un carnivore domestique, son propriétaire est tenu de le présenter sans délai à un vétérinaire sanitaire, qui procédera alors à une enquête épidémiologique. Selon son résultat, l’animal sera rendu à son détenteur, maintenu en observation ou euthanasié. Si l’animal est apporté mort, les prélèvements nécessaires au diagnostic de la rage seront envoyés par le vétérinaire au laboratoire agréé, et il en informera par ailleurs la DDPP. De même, la découverte de tout cadavre animal dans le périmètre délimité est à signaler.

La préfecture de la Loire demande à toute personne qui aurait été mordue, griffée, égratignée ou léchée par ce bull terrier, entre le 7 et le 16 mai 2015, ainsi qu’à toute personne dont l’animal de compagnie aurait été en contact avec lui, d’appeler le numéro d’urgence mis en place : 04 77 48 48 48. Ces personnes doivent être traitées préventivement et rapidement contre la rage, qui reste une maladie mortelle pour l’homme en l’absence de traitement après l’exposition ou dès l’apparition des signes cliniques.

 

 

 

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de compagnie
Animaux exotiques : le gecko tokay abrite des bactéries résistantes à plusieurs antibiotiques
Animaux exotiques : le gecko tokay abrite des bactéries résistantes à plusieurs antibiotiques

Selon une étude* réalisée par des chercheurs de l’université de Géorgie aux États-Unis, les geckos tokay (Gekko gecko) sont porteurs...

Fermer