Recherche : vers un nouveau traitement pour trois parasitoses négligées

Vetitude.fr | Le

Des chercheurs américains ont identifié une substance capable de tuer les parasites responsables de trois affections mortelles : la leishmaniose (Leishmania spp.), la maladie du sommeil (Trypanosoma brucei spp.) et la maladie de Chagas (Trypanosoma cruzi). Ces trois parasitoses à transmission vectorielle affectent à elles seules 20 millions de personnes dans le monde, essentiellement en Afrique et en Amérique latine, et provoquent plus de 50 000 décès chaque année en l’absence de traitement efficace. L’étude*, publiée le 8 août dans la revue Nature, suggère qu’une seule classe de médicaments pourrait traiter ces trois affections, négligées par la recherche faute d’investissements.

 

Trypanosome maladie du sommeil maladie de Chagas leishmaniose parasitosesLa substance découverte, un inhibiteur du protéasome baptisé GNF6702, est issue de l’étude de quelque trois millions de composés moléculaires du Genomics institute of the Novartis research Foundation basé à San Diego (États-Unis). Elle a été testée avec succès chez des souris, tuant les trois parasites similaires impliqués. De même, les tests de laboratoire menés sur des cellules de mammifères ne montrent aucune toxicité pour les trois modèles d’infection, offrant un point de départ pour le lancement d’un essai clinique chez l’homme et le développement, à terme, d’un nouveau traitement.

Les trois parasitoses ciblées par cette étude sont toutes provoquées par des parasites transmis à l’homme via des insectes hématophages infectés (punaise, mouche, moucheron).

> La maladie du sommeil, ou trypanosomiase humaine africaine, est due au protozoaire Trypanosoma brucei qui pénètre jusqu’au cerveau via la piqûre de la mouche tsé-tsé. Présente dans 36 pays d’Afrique subsaharienne, l’infection entraîne une forte hyperthermie, des céphalées, des douleurs articulaires et un prurit. Sans traitement, le parasite envahit ensuite le système nerveux central, provoquant une modification du comportement, un état confusionnel, des troubles du sommeil et de la coordination, etc. Dans 98 % des cas, l’affection est chronique et reste asymptomatique pendant des mois, voire des années, jusqu’à ce stade avancé. La trypanosomiase qui touche les animaux domestiques, en particulier le bétail, constitue un obstacle majeur au développement économique des zones rurales concernées.

> La maladie de Chagas, ou trypanosomiase américaine, est véhiculée par un triatome porteur du parasite Trypanosoma cruzi. Elle sévit surtout en Amérique latine, mais depuis plus d’une décennie, la maladie est aussi détectée sur d’autres continents. Après de nombreuses années d’infection silencieuse, la maladie évolue vers une forme chronique, provoquant des cardiopathies ou des atteintes digestives souvent fatales, voire des troubles neurologiques. Il n’existe à l’heure actuelle aucun traitement efficace ni vaccin contre cette trypanosomiase, qui affecte aussi l’animal sous le nom de nagana.

> La leishmaniose, due à un protozoaire du genre Leishmania, est transmise par la piqûre d’un phlébotome infecté. Elle provoque des lésions cutanées ou viscérales invalidantes, voire mortelles en l’absence de traitement. Elle est endémique dans 98 pays d’Amérique, d’Afrique et d’Asie. En France, la leishmaniose, notamment la forme viscérale, est présente dans les départements méditerranéens où sévit Leishmania infantum, responsable de l’enzootie chez le chien.

Pour traiter ces trois parasitoses négligées, il reste un long chemin à parcourir avant la mise au point d’un seul ou de trois médicaments distincts, selon les options stratégiques explorées. En outre, ils devront être abordables pour bénéficier aux nombreuses populations atteintes dans le monde, qui comptent aussi parmi les plus pauvres.

 

* S. Khare et coll. : Proteasome inhibition for treatment of leishmaniasis, Chagas disease and sleeping sickness, Nature, 2016.

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Sanitaire
Après 75 ans, l'anthrax a refait surface dans le Grand Nord russe. La bactérie Bacillus anthracis a déjà fait une victime, un enfant de douze ans
Anthrax : les rennes de Sibérie touchés par le réveil du bacille du charbon

Après un sommeil de 75 ans, le charbon (ou anthrax) a refait surface dans le Grand Nord russe. La bactérie...

Fermer