Protection animale : + 1,8 million pour le bien-être des animaux de laboratoire, des porcs et des grands carnivores en Europe

Vetitude.fr | Le

 

La semaine dernière, le Parlement européen a inscrit un crédit supplémentaire de 1 850 000 € au budget communautaire en faveur de trois projets pilotes, qui visent à améliorer la protection et le bien-être des animaux en Europe. Cette décision a couronné les efforts coordonnés de l’Eurogroup for Animals et de l’Intergroup on the Welfare and Conservation of Animals du Parlement européen. Les trois projets doivent encore franchir l’étape finale du vote du budget général de l’Union européenne pour l’exercice 2017, en séance plénière.

 

Un pas de plus vers la fin de la castration des porcelets en 2018 (600 000 €)

bien-etre-des-animaux-castration-porceletLa castration chirurgicale des porcelets sans prise en compte de la douleur, une pratique courante en élevage porcin, est de plus en plus controversée. Chaque année, elle touche quelque 63 millions d’animaux. Pourtant, il existe des solutions alternatives efficaces et rentables. L’objectif du premier projet pilote est de favoriser la mise en place d’un marché européen harmonisé pour la viande porcine provenant de porcs non castrés chirurgicalement. Pour cela, les acteurs de la chaîne d’approvisionnement en viande, tels que les éleveurs, les abattoirs, les transformateurs et les détaillants, seront encouragés à échanger sur les techniques de remplacement et à partager leurs expériences pratiques. Le projet prône notamment le transfert et l’échange des connaissances concernant :

  • les méthodes de détection rapides et fiables de l’odeur sexuelle de verrat dans la viande ;
  • l’utilisation des carcasses “contaminées” dans l’industrie de la transformation des viandes ;
  • la commercialisation et la valorisation de la viande provenant de porcs qui ne sont pas castrés chirurgicalement.

 

Ce projet, fondé sur la communication entre tous les maillons de la chaîne, aidera à atteindre les objectifs de la “Déclaration européenne sur les alternatives à la castration chirurgicale des porcs”*, un accord volontaire qui prévoit l’abandon de cette pratique au 1er janvier 2018. La déclaration a réuni 34 signataires en Europe, représentant les éleveurs, les vétérinaires (FVE, Inra), les scientifiques (Ifip, EAAP, etc.), la protection animale (CIWF, Eurogroup for Animal, etc.), l’industrie de la viande et les détaillants. Bien que certains États membres aient d’ores et déjà pris des initiatives concrètes pour y parvenir, il n’existe actuellement aucun marché intérieur harmonisé pour la viande de porc provenant d’animaux non castrés chirurgicalement. Le projet pilote devrait donc contribuer à accélérer le processus en fournissant et en diffusant des solutions pratiques auprès des principaux opérateurs, tout en mettant en valeur les avantages économiques et sociaux associés à l’arrêt de la castration chirurgicale des porcs. Aujourd’hui, seuls les Pays-Bas et la Belgique commercialisent de la viande de porcs non castrés chirurgicalement. Le projet vise à surmonter les obstacles du marché qui entravent encore une évolution généralisée vers des pratiques plus respectueuses du bien-être animal.

 

bien-etre-des-animaux-experimentation-animaleStimuler l’adoption de solutions alternatives à l’expérimentation animale (1 000 000 €)

Partant du constat que le rythme actuel du remplacement progressif des tests sur les animaux est insuffisant, ce projet permettra de mettre en relation plus efficacement les parties prenantes, grâce à des actions de sensibilisation, d’information et d’échange de connaissances, mais aussi des programmes d’éducation et de formation ciblés pour les utilisateurs d’animaux de laboratoire. Ce projet donnera en outre un coup de pouce supplémentaire aux travaux déjà entrepris par l’Education & Training Platform for Laboratory Animal Science (Etplas), une initiative soutenue par la Commission européenne, les gouvernements nationaux, les acteurs de l’industrie, de la recherche et du bien-être animal.

 

bien-etre-des-animaux-loupsPréserver le bien-être des grands carnivores européens (250 000 €)

La préservation des grands carnivores comme le loup, l’ours ou encore le lynx est souvent confrontée à la résistance des éleveurs présents sur le terrain, malgré le soutien d’un public de plus en plus sensible aux efforts de conservation de ces espèces. Ce projet pilote contribuera à résoudre les conflits générés par la présence de ces animaux et favorisera leur conservation en réunissant les différentes parties prenantes opposées au sein de plates-formes régionales ou locales, afin de les aider à développer des actions clés en faveur du bien-être commun et de la préservation de la faune.

 

Au-delà du vote positif de la commission des budgets, les trois projets pilotes doivent encore franchir les prochaines étapes de la procédure budgétaire de l’Union. Le vote en séance plénière, prévu pour le 26 octobre, sera suivi de la procédure de concertation avec le Conseil. La dernière étape sera celle du vote du Parlement européen sur les résultats de cette conciliation, en novembre prochain à Strasbourg.

 

* http://ec.europa.eu/food/animals/docs/aw_prac_farm_pigs_cast-alt_declaration_en.pdf

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Actualité
La corrida n'est aucunement compatible avec le respect du bien-être animal et du code de déontologie pour l'Ordre des vétérinaires français
Tauromachie : l’Ordre des vétérinaires prend officiellement position contre la corrida

  Interpellé par le Collectif de vétérinaires pour l’abolition de la corrida (Covac), le Conseil national de l’Ordre, qui représente...

Fermer