Projet européen Saphir : concevoir de nouveaux vaccins pour l’élevage bovin, porcin et avicole

Vetitude.fr | Le

Le projet Saphir (Strengthening Animal Production and Health through Immune Response) fait partie du programme de recherche Horizon 2020 de la Commission européenne. Son objectif est de développer des stratégies vaccinales efficaces contre les agents pathogènes endémiques qui provoquent des pertes économiques majeures dans les élevages bovins, porcins et avicoles. Il rassemble l’expertise interdisciplinaire de quatorze instituts de recherche, cinq PME et deux laboratoires pharmaceutiques, issus de onze pays européens et de Chine. Le budget total du projet s’élève à 10,5 millions d’euros, dont 9 millions financés par Bruxelles.

Clostridium_perfringens_Alpha_Toxin.rshPour les différents partenaires, privés et publics, européens et chinois, c’est parti pour quatre ans. Le congrès de lancement du projet européen Saphir, coordonné par la France via l’Institut national de la recherche agronomique (Inra), a eu lieu mi-mai 2015 à Jouy-en-Josas. Réunis dans une approche intégrée, les scientifiques de différentes disciplines (vétérinaires, généticiens, biologistes, sociologues, économistes, immunologistes, épidémiologistes, etc.) vont s’attaquer à deux agents pathogènes ou maladies représentatifs par filière, pour lesquels la vaccination est inexistante ou peu efficace sur le terrain, dans une approche de développement d’un vaccin générique :

  • pour l’élevage de bovins, les travaux se concentreront sur le virus respiratoire syncytial bovin et Mycoplasma bovis,
  • pour l’élevage de porcs, sur le virus du syndrome dysgénésique et respiratoire porcin et sur Mycoplasma hyopneumoniae,
  • pour l’élevage de volailles, sur Eimeria sp. et Clostridium perfringens.

Le but global est de renforcer la viabilité, la durabilité et la rentabilité des systèmes de production alimentaire d’origine animale, d’améliorer le bien-être animal et de réduire l’utilisation des xénobiotiques dans l’agriculture dans une perspective “One Health”.

Pour cela, les objectifs ont été divisés en trois catégories :
– scientifiques : il s’agit de décrypter les mécanismes de la protection immunitaire, de comprendre la base génétique des réponses de l’hôte à la vaccination, d’optimiser les formulations, de disposer d’adjuvants efficaces ciblant les cellules dendritiques, d’induire l’immunité au niveau des muqueuses et de la peau, de disposer d’une nouvelle génération de vecteurs d’ADN et de plates-formes de réplicons viraux pour favoriser une immunité plus rapide et de longue durée, y compris en période périnatale ;

– technologiques : il convient d’appliquer des systèmes in vivo et ex vivo pour développer la production de vaccins efficaces, sûrs et polyvalents, faciles d’utilisation et permettant le contrôle épidémiologique des maladies, mais aussi d’identifier des biomarqueurs d’immunocompétence pour les futures sélections en élevage ;

– socio-économiques : il faut évaluer l’impact des maladies ciblées par le projet dans les élevages et au plan national, comprendre l’usage et l’acceptabilité des nouveaux vaccins pour ensuite communiquer sur les stratégies de santé intégrées qui combinent la vaccination et des mesures de gestion complémentaires.

Le programme de formation Saphir comprend la création d’un site web de gestion de la santé intégrée*, le lancement d’une Global Alliance for Veterinary Vaccines et l’organisation d’ateliers destinés aux intervenants de la chaîne alimentaire d’origine animale. Cela permettra d’assurer la traduction des innovations de Saphir en applications concrètes tant pour le marché que sur le terrain.

* http://www.h2020-saphir.eu/

 

Les 22 partenaires du projet européen Saphir (2015-2019)

> Institut national de la recherche agronomique (France)

> Inra Transfert SA (France)

> Virbac SA (France)

> Cardiff University (Royaume-Uni)

> Pirbright Institute (Royaume-Uni)

> Royal Veterinary College (Royaume-Uni)

> Sporegen Limited (Royaume-Uni)

> University of Edinburgh (Royaume-Uni)

> Xeolas Pharmaceuticals Limited (Irlande)

> Université de Gand (Belgique)

> Université de Berne (Suisse)

> Université de Lausanne (Suisse)

> Eidgenoessisches Departement des Innern (Suisse)

> European Forum of Farm Animal Breeders (Pays-Bas)

> Stichting Dienst Landbouwkundig Onderzoek (Pays-Bas)

> Intervet International (Pays-Bas)

> Parco Tecnologico Padano SRL (Italie)

> Inmunologia y Genetica Aplicada SA (Espagne)

> Shanghai Veterinary Research Institute – Chinese Academy of Agricultural Sciences (Chine)

> Statens Veterinaermedicinska Anstalt (Suède)

> Sveriges Lantbruksuniversitet (Suède)

> Vaccibody AS (Norvège)

> Szkola Glowna Gospodarstwa Wiejskiego (Pologne)

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Pharmacie
Kétamine : la Wsava et l’Avma rejoignent la WVA et la FVE pour s’opposer à son classement comme stupéfiant
Kétamine : la Wsava et l’Avma rejoignent la WVA et la FVE pour s’opposer à son classement comme stupéfiant

Après la World Veterinary Association (WVA) et la Federation of Veterinarians of Europe (FVE), c’est au tour de la World...

Fermer