Oncologie vétérinaire : l’AAHA actualise ses lignes directrices sur la gestion du cancer chez le chien et le chat

Vetitude.fr | Le

Diagnostiquer et traiter les tumeurs cancéreuses chez les animaux de compagnie est une partie essentielle de la médecine vétérinaire. Les nouvelles lignes directrices en oncologie de l’American Animal Hospital Association (AAHA) permettent aux vétérinaires de rester à la pointe des connaissances et des récentes évolutions en la matière, afin d’assurer aux animaux cancéreux un traitement optimal et la meilleure qualité de vie possible. Ces bonnes pratiques actualisées, publiées dans la dernière édition du Journal of the AAHA*, sont également disponibles sur le site web de l’association.

 

tumeur oncologie veterinaireLes lignes directrices 2016 de l’AAHA répertorient, sous la forme de tableaux, les cancers couramment rencontrés chez le chien et le chat. Y sont compilés les types de tumeurs, les principales localisations, les modes de développement, les tests et les examens à mener, les options de traitement, le pronostic et les facteurs pronostiques négatifs connus. Conçus comme des outils de référence concis, ces tableaux ne peuvent rendre compte pleinement de la variété du comportement des tumeurs répertoriées. Ils ont donc plutôt vocation à servir de base à un dialogue actif avec le propriétaire de l’animal, notamment lors de l’élaboration du plan de traitement, mais aussi à guider la prise de décisions cliniques, sans préjuger de l’évolution spécifique de telle ou telle lésion cancéreuse chez un animal donné.

Dans la même approche, le cas clinique mis en exergue (gestion d’un ostéosarcome chez un chien de neuf ans) représente un exemple, pas un arbre diagnostique décisionnel. La discussion qui suit l’étude de cas s’arrête sur les arguments qui étayent chaque étape du processus de décision clinique, y compris concernant le plan de traitement approprié, jusqu’à aborder des considérations importantes comme la fin de vie. Chaque praticien peut lui-même évaluer et traiter ce cas clinique à l’aide des tableaux fournis.

Parce que les animaux atteints sont souvent âgés, leurs propriétaires y sont très attachés et émotionnellement désemparés face à un diagnostic de cancer. Dans ce cadre, le client joue un rôle primordial dans la façon dont la maladie de son animal sera gérée. Pour le vétérinaire et son équipe, les cas de cancer canin ou félin sont parmi les plus sensibles à traiter. Mais dans ce domaine plus qu’un autre, la reconnaissance de son expertise peut fortement renforcer les liens qu’il entretient avec sa clientèle, sur la base d’un protocole efficace et du maintien d’un dialogue éclairé. L’idée sous-jacente est que tous les membres du personnel, clinique et administratif, peuvent avoir une influence positive sur l’issue d’un cas d’oncologie. Une équipe unifiée, qui répond d’une seule voix aux attentes des propriétaires d’animaux cancéreux, va tisser une relation à long terme avec cette clientèle, fondée sur la communication et l’empathie. En particulier, son soutien va guider les décisions lorsque la mort ou l’euthanasie sont à envisager, ou encore quand l’équilibre entre la qualité de vie et la durée de vie de l’animal est menacé.

Parce qu’en oncologie chaque cas est médicalement unique et multifactoriel, ces lignes directrices recommandent une approche séquentielle spécifique à chaque animal cancéreux, incluant la prise en compte de plusieurs éléments : le diagnostic de la tumeur, sa classification, les modalités thérapeutiques, la sécurité de l’animal et du personnel soignant lors de chimiothérapie, la possibilité de référer le cas à une clinique spécialisée en oncologie, et un soutien actif et empathique du propriétaire.

La détermination du type de tumeur via l’examen histologique d’un prélèvement réalisé lors d’une biopsie constitue le préambule à l’ensemble des étapes ultérieures de gestion d’un cancer. Le choix des modalités thérapeutiques repose sur le type de tumeur, le grade histologique et le stade, et peut inclure la chirurgie, la radiothérapie, la chimiothérapie, l’immunothérapie et certains traitements d’appoint comme le soutien nutritionnel et la gestion de la douleur. Les lignes directrices abordent également les mesures de sécurité strictes à respecter lors de la manipulation des agents et de l’administration de la chimiothérapie, désormais couramment utilisée en oncologie vétérinaire, afin de prévenir toute exposition accidentelle de l’animal, de l’équipe soignante, du propriétaire et de l’environnement.

 

* Barb Biller et coll. : 2016 AAHA oncology guidelines for dogs and cats, JAAHA, https://www.aaha.org/graphics/original/professional/resources/guidelines/2016_aaha_oncology_guidelines_for_dogs_and_cats.pdf

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de compagnie
I-CAD, le fichier national d’identification des carnivores domestiques, fait le point sur le nombre d’animaux perdus et trouvés en 2015
Animaux perdus : le fichier national I-CAD dresse un bilan chiffré de l’année 2015

À l’occasion de la période de départs en vacances d’été, I-CAD*, qui gère le fichier national d’identification des carnivores domestiques,...

Fermer