Home Animaux de compagnie Le rôle de l’œstrogène dans la cancérogenèse mammaire chez le chien

Le rôle de l’œstrogène dans la cancérogenèse mammaire chez le chien

0
Le rôle de l’œstrogène dans la cancérogenèse mammaire chez le chien

Facteur majeur en faveur de la stérilisation chez l’animal, le rôle de l’œstrogène dans le cancer mammaire chez l’animal est précisé dans une nouvelle étude.

 

Facteur majeur en faveur de la stérilisation chez l’animal, le rôle de l’œstrogène dans le cancer mammaire chez l’animal est précisé dans une nouvelle étude.L’œstrogène est un moteur connu et majeur de la cancérogenèse mammaire chez les femmes et les chiens. Le risque de cancer du sein est directement corrélé à la durée d’exposition du tissu mammaire à cette hormone.

Ainsi les femmes et les chiens atteints d’un cancer du sein ont des taux d’œstrogènes sériques plus élevés.

L’œstrogène initie et entraîne le cancer du sein entre autres via le récepteur aux œstrogènes nucléaire des cellules épithéliales du sein. En se liant à celui-ci et en pénétrant dans les cellules, l’œstrogène altère la transcription des gènes sensibles aux œstrogènes. Ce phénomène augmente l’expression des régulateurs de prolifération cellulaire et diminue l’activité des gènes anti-prolifératifs et pro-apoptotiques. La division cellulaire se multiplie. Une croissance continue des tissus est observée, ce qui favorise d’autant plus l’apparition de mutations spontanées délétères.

Alors que chez la femme, du fait de leur cycle menstruel court, les fluctuations des œstrogènes sériques sont trop variables pour apporter des informations fiables sur l’état cancérigène, l’étude chez le chien pourrait être informative. En effet, leur cycle œstral est généralement bisannuel avec des phases proestrus / oestrus relativement courtes (1 à 3 semaines). Les fluctuations des œstrogènes sériques sont donc moins marquées, plus stables et donc plus informatives de l’état de l’animal.

Une nouvelle étude montre en effet que les niveaux d’œstrogènes sériques chez les chiens atteints de carcinomes mammaires peut apporter de la clarté et de nouvelles informations sur la biologie tumorale.

Les chercheurs ont étudié les associations et les relations entre les facteurs hormonaux (œstrogènes sériques, récepteurs des œstrogènes et ovariohystérectomie) avec d’autres facteurs pronostiques cliniques / histologiques afin d’identifier leur impact chez les chiens atteints de carcinomes mammaires.

Ainsi, un œstrogène sérique élevé et la présence de récepteurs à œstrogène sur la tumeur sont associés à un délai avant métastases plus long uniquement chez les chiens stérilisés. Un œstrogène sérique élevé est également associé à une amélioration de la survie chez les chiens stérilisés avec des récepteurs à œstrogène sur leur tumeur.

Mais, l’effet de la stérilisation est inversé chez les chiens sans récepteurs à œstrogène sur leur tumeur. De plus, les chiens entiers avec un taux élevé d’œstrogène sérique mais sans récepteurs à œstrogène sur leur tumeur ont un temps de métastase significativement plus long.

Les résultats mettent en évidence le double effet des œstrogènes dans le cancer. L’œstrogène peut agir comme un cancérigène dans les tumeurs mammaires avec des récepteurs à œstrogène, mais à l’inverse peut protéger quand les récepteurs ne sont pas présents.

Les chercheurs ont également mis le doigt sur un phénomène important. Un faible taux d’œstrogène sérique est associé à un risque accru de développer des tumeurs non mammaires dans la période postopératoire. Ceci expliquerait l’augmentation de l’incidence de certaines tumeurs non mammaires chez les chiens stérilisés à un âge précoce.

Il est donc important de mieux caractériser les tumeurs pour traitement plus efficace et un meilleur pronostic chez le chien en cas de cancérogenèse mammaire.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

More in Animaux de compagnie
Les chats domestiques tuent des milliards d’animaux sauvages par an. Les chercheurs montrent que la castration permet de réduire le domaine de chasse des félins et donc diminue leur impact sur les écosystèmes locaux, en plus des effets évidents sur le contrôle des populations.
La castration des chats pour conserver la faune sauvage

Les chats domestiques tuent des milliards d’animaux sauvages par an. Les chercheurs montrent que la castration permet de réduire le...

Close