Merial lance un e-carnet de santé gratuit

Vetitude.fr | Le

Santéquine de Merial est le premier e-carnet de santé équin qui permet d’organiser, de planifier et de suivre les soins de tous les chevaux d’un élevage, d’une écurie de course ou d’un centre équestre. Son mérite est de proposer une approche globale des effectifs, quelles que soient leurs caractéristiques (nombre, type d’utilisation, flux).

Ainsi, cette application est capable de planifier la veille sanitaire et médicale et d’enregistrer les mouvements de chevaux. Le responsable des écuries peut donc gérer tout ce qui concerne la vaccination, la vermifugation, les soins dentaires, la maréchalerie, pour une meilleure synchronisation. Mais surtout, Santéquine offre la possibilité au propriétaire du cheval et au responsable de l’écurie d’intégrer les événements liés aux animaux via une approche individuelle, comme les soins postopératoires, la lutte contre une maladie, l’application d’un traitement. Fini donc les feuilles volantes punaisées sur un mur dans la sellerie, ou encore les informations transcrites sur un grand tableau à l’entrée du manège et qui s’effacent au fil des passages.

Mieux, Santéquine, qui fonctionne en autonomie sur l’ordinateur, peut être synchronisé via une connexion Internet. Il est notamment possible d’envoyer des messages ou des rappels par SMS ou courriel. Merial a lancé une version smartphone existe. Ainsi, à la suite d’une prescription vétérinaire, le planning des soins est automatiquement rappelé aux destinataires de ces SMS, à l’heure précise où ils doivent être appliqués.

Enfin, même si plusieurs évolutions sont prévues dans les prochaines semaines, il est d’ores et déjà possible de relier les informations récoltées aux démarches administratives obligatoires liées au registre d’élevage, à la déclaration de détention, etc.

Pour obtenir cette application, il suffit d’en faire la demande au vétérinaire traitant ou sanitaire de l’écurie, qui fournira alors les informations de connexion. Les données seront stockées en clouding depuis www.santequine.fr

 

La gestion des soins est à professionnaliser

Selon plusieurs études, les deux tiers des centres équestres font intervenir un vétérinaire au moins une fois par an pour une consultation, des prescriptions ou des conseils. Le dernier tiers a recours au praticien au cas par cas, voire en urgence. L’approche globale de l’expertise vétérinaire est pourtant demandée, puisque 53 % des écuries privées font appel au vétérinaire pour une intervention sur l’ensemble du cheptel. En élevage, ce type de visite est réalisé dans 90 % des cas, au moins une fois l’an.

Quant à la charge des soins qui incombent au responsable d’écurie, l’alimentation et la vermifugation sont les postes les plus cités. Et pour gérer toutes les particularités de cheptel, le responsable d’établissement a recours à l’ordinateur dans 35 % des cas (avec ou sans logiciel de gestion, Excel ou autre). 19 % d’entre eux utilisent un agenda et 13,5 % un support synoptique (généralement un tableau). Reste qu’un tiers de ces professionnels utilisent un cahier ou des feuilles individuelles pour chaque cheval afin de retenir ce qu’il y a à faire.

Une constatation étonnante, quand on sait que les professionnels du secteur sont connectés à l’Internet dans 90 % des cas, notamment pour gérer les inscriptions aux courses, concours et autres manifestations.

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Pharmacie
Le SNVEL lance sa centrale de négociation : ISOVET

Depuis quelques semaines, le Syndicat national des vétérinaires d’exercice libéral (SNVEL) communique intensément sur son nouveau projet : la création...

Fermer