Lutte contre l’antibiorésistance : l’Ordre et la FVE en lice pour le prix “santé” de l’Union européenne

Vetitude.fr | Le

La Commission européenne a retenu huit candidatures pour le prix “santé” 2016*, parmi lesquelles celles du Conseil national de l’Ordre des vétérinaires (Cnov) et de la Fédération des vétérinaires d’Europe (FVE). Les huit organisations non gouvernementales présélectionnées sont toutes engagées dans la lutte contre l’antibiorésistance, en médecine humaine et en médecine vétérinaire. L’ONG lauréate et les deux finalistes suivantes seront récompensées et pourront promouvoir leurs initiatives via la Plate-forme de la politique sanitaire de l’Union.

 

antibioresistance-1Cette année, le prix “santé” de l’Union européenne récompensera les bonnes pratiques et les initiatives des organisations non gouvernementales internationales, européennes, nationales ou régionales qui contribuent à réduire la menace pour la santé publique que représente l’antibiorésistance. En effet, tous les ans, les infections résistantes aux antibiotiques sont à l’origine de quelque 25 000 décès et coûtent 1,5 milliard d’euros en frais de santé et en pertes de productivité au sein de l’Union.

La candidature de l’Ordre** vise à faire connaître au sein de l’Union les actions menées en France par la profession vétérinaire et le ministère de l’Agriculture pour lutter contre l’antibiorésistance, dans le cadre du concept “One Health”. Ainsi, le plan ÉcoAntibio planifie et établit des ponts entre les professionnels de la santé humaine et les vétérinaires, afin de réduire le risque associé à l’utilisation des antibiotiques chez l’animal. Il prévoit une réduction de 25 % en cinq ans de l’usage des antimicrobiens en médecine vétérinaire, et une réduction de 25 % en trois ans du recours aux antibiotiques critiques pour traiter les animaux.

De son côté, la FVE*** met en avant sa stratégie pluriannuelle et ses actions de lutte contre l’antibiorésistance chez les animaux pour réduire le risque pour l’homme d’entrer en contact avec des souches résistantes. Elle prône la mise en œuvre de meilleures pratiques pour une utilisation réduite et responsable des antibiotiques auprès des professionnels et du grand public et annonce les premiers signes d’une diminution réelle de la résistance aux antimicrobiens dans le secteur de la santé animale.

Les six autres nominés sont :

  • Alliance to Save our Antibiotics : son objectif est de réduire de moitié l’utilisation des antibiotiques en élevage dans l’Union d’ici à 2020 et de 80 % d’ici à 2050. L’alliance appelle à mettre un terme à la prophylaxie systématique au sein des troupeaux, à interdire l’usage préventif des antibiotiques d’importance critique et les traitements de groupe avec ces molécules. Elle prône un changement des systèmes d’élevage vers des pratiques qui renforcent l’immunité naturelle des animaux via des normes de bien-être animal plus élevées.
  • The European Consumer Organisation : la Beuc préconise l’adoption d’une meilleure réglementation pour encadrer l’usage des antimicrobiens, tant en médecine animale qu’en médecine humaine.
  • Health Care Without Harm Europe : HCWH Europe travaille depuis longtemps à réduire l’impact des résidus pharmaceutiques sur l’environnement. Elle a contribué à la mise en place du nouveau règlement européen sur la pharmacovigilance.
  • Patients’ Organisations “Together with you” : ces organisations plaident pour un usage raisonné des antibiotiques chez les enfants. Leur objectif est d’établir un programme national pour l’utilisation appropriée des antibiotiques en Bulgarie, avec l’aide d’experts dans le domaine de la résistance aux antimicrobiens.
  • Stichting Huize Aarde : les activités de la fondation néerlandaise Home Earth se concentrent sur la conception et l’application de nouveaux concepts, comme le Green Healthcare Programme et ses projets Meduwa (vise à quantifier la propagation des bactéries multirésistantes aux antibiotiques dans le cycle de l’eau) et SOSPharmaH (vise à réduire l’émission par les patients de substances pharmaceutiques telles que les antibiotiques et les bactéries/virus multirésistants).
  • World Alliance Against Antibiotic Resistance : la WAAAR mise sur un lobbying intense et une sensibilisation de toutes les parties prenantes, ainsi que sur la pression exercée sur les autorités pour qu’elles prennent des mesures appropriées afin de limiter l’augmentation et la propagation des agents pathogènes multirésistants. Au-delà de la résistance aux antibiotiques, son initiative couvre aussi la prévention contre le virus Ebola, et la protection conférée par les antimicrobiens dans le contexte du sida.

Bruxelles devrait bientôt annoncer la date de la cérémonie de remise du prix où le nom de l’organisation lauréate sera rendu public. Le premier prix est doté de 20 000 €, le deuxième de 15 000 € et le troisième de 10 000 €.

 

* http://ec.europa.eu/health/ngo_award/initiatives/index_en.htm

** http://ec.europa.eu/health/ngo_award/doc/summary_report_veterinaire_en.pdf

*** http://ec.europa.eu/health/ngo_award/doc/summary_report_fve_en.pdf

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Sanitaire
Les foyers d'influenza aviaire hautement pathogène H5N8 se multiplient dans plusieurs pays européens. Des cas sont recensés chez des oiseaux sauvages ou des volailles
Influenza aviaire : le sous-type hautement pathogène H5N8 se propage en Europe

Les foyers d'influenza aviaire hautement pathogène H5N8 se multiplient dans plusieurs pays européens. Des cas sont recensés chez des oiseaux...

Fermer