La fièvre catarrhale ovine (FCO) de sérotype 8 est de retour en France

Vetitude.fr | Le

Un foyer de fièvre catarrhale ovine (FCO) vient d’être confirmé dans le département de l’Allier, en Auvergne, dans la commune de Louroux-de-Bouble. Une confirmation établie ce vendredi par l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). L’élevage d’ovins et de bovins touché compte 33 animaux testés positifs. La France, déclarée indemne de blue tongue depuis trois ans, n’avait pas connu de résurgence de la maladie depuis le dernier foyer identifié en juin 2010.

 

Si le sérotype 8 n’est pas le plus virulent, sa remise en circulation est un coup dur qui affecte un peu plus l’élevage français. Les analyses, menées par le laboratoire national de référence de l’Anses, ont concerné 147 bovins et 175 ovins de l’élevage concerné. Au final, 27 bovins et 6 ovins se sont révélés porteurs du virus de la FCO. En outre, dans un rayon de 2 km autour de cette exploitation, 14 animaux positifs ont également été identifiés. L’origine du foyer demeure inconnue, mais l’hypothèse d’une transmission via la faune sauvage est avancée.

FCO_Charolaise_AuvergneD’ores et déjà, le ministère de l’Agriculture s’est mobilisé pour prévenir tout risque de propagation de la maladie : l’élevage est placé sous surveillance renforcée et aucun mouvement d’animaux n’y est autorisé. De plus, la zone de protection et de surveillance définie s’étend sur un rayon de 150 km autour de l’exploitation touchée. Dans ce périmètre, qui englobe 21 départements au total, une surveillance active est appliquée (restriction des mouvements d’animaux, interdiction des regroupements, etc.) en accord avec la réglementation européenne.

Par ailleurs, le ministre, Stéphane Le Foll, a demandé à Patrick Dehaumont, directeur général de l’alimentation, de réunir d’urgence le Conseil national d’orientation de la politique sanitaire animale et végétale (Cnopsav), le 14 septembre, afin d’échanger avec les représentants des filières d’élevage et l’ensemble des autorités sanitaires sur les mesures de gestion à mettre en œuvre, et notamment sur la stratégie vaccinale. Dès la semaine prochaine, 1,3 million de doses de vaccin seront disponibles. Pour limiter les conséquences du retour de cette maladie en France, notamment pour l’exportation, il convient d’agir sans tarder. Une campagne vaccinale massive est donc envisagée.

De son côté, Stéphane Le Foll rencontrera le 17 septembre les responsables nationaux des filières d’élevage, afin de discuter des compensations financières à prévoir pour aider les éleveurs touchés.

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de rente
La planification de la santé du troupeau est une méthode d’amélioration continue qui vise à optimiser la santé et le bien-être animal par une analyse des données de l’élevage
Planning de santé du troupeau : un outil clé pour la viabilité des productions animales

La Fédération des vétérinaires d’Europe (FVE) a adopté à l’unanimité, lors de son assemblée générale à Iasi (Roumanie) les 5...

Fermer