Kétamine : la WVA et la FVE s’opposent à son classement comme stupéfiant

Vetitude.fr | Le

À la différence des deux agences du médicament françaises, la World Veterinary Association (WVA) et la Federation of Veterinarians of Europe (FVE) sont contre le classement de la kétamine injectable parmi les stupéfiants. Placer cet anesthésique sous contrôle international limitera sa disponibilité pour les vétérinaires et les médecins, en particulier dans les régions reculées.

 

Ketamine_PsychonaughtLa 58e session de la Commission on Narcotic Drugs (CND) doit voter, le 13 mars, pour décider ou non de classer la kétamine au tableau I de la Convention sur les substances psychotropes de 1971, en raison des inquiétudes suscitées par son utilisation en tant que drogue douce illicite dans de nombreux pays. Pour être adoptée, cette décision devra recueillir les voix d’au moins 35 membres de la CND.

De l’avis de la Chine, la kétamine, substance psychotrope dérivée de la phencyclidine, doit être placée sous contrôle international. De son côté, l’Expert Committee on Drug Dependence (ECDD) de l’OMS constate que cet anesthésique fait l’objet d’un usage médical important, tant en médecine humaine que vétérinaire, jusque dans les pays en développement. S’il prend note des inquiétudes de certains États et organismes des Nations Unies, il considère que le risque pour la santé publique posé par l’usage abusif de la kétamine au niveau mondial ne justifie pas son inscription à un tableau. L’ECDD recommande donc de ne pas la soumettre au contrôle international. Une position soutenue par les organisations vétérinaires WVA et FVE, mais aussi par la World Medical Association (WMA).

 

Aucune solution alternative

Dentistry_U.S. federal governmentLa kétamine est en effet un médicament essentiel, notamment pour l’anesthésie en médecine vétérinaire. C’est le seul anesthésique injectable facilement disponible, simple et adapté à toutes les espèces animales, couramment utilisé dans le monde. Comparée aux gaz anesthésiques, qui nécessitent des équipements coûteux et des professionnels formés, l’administration de la kétamine est peu coûteuse et sûre.

Or comme de nombreux pays à faibles ressources ne possèdent pas de solutions alternatives, sa mise sous contrôle international rendrait le médicament indisponible et les obligerait à renoncer à certaines interventions chirurgicales essentielles. Des restrictions qui pourraient affecter la santé de quelque deux milliards de personnes, principalement en Afrique, Asie et Amérique latine. C’est actuellement, dans ces régions, le seul anesthésique et antidouleur disponible.Ainsi, sans nier les effets nocifs induits par le détournement d’usage de la kétamine, en réduire l’accès apparaît bien plus grave pour la santé mondiale, humaine comme animale.

 

Un contrôle national suffisant

Cela portera également préjudice aux efforts conjoints des professions médicale et vétérinaire pour contrôler les maladies zoonotiques émergentes et réémergentes. Certaines, comme Ebola, pourraient prendre la forme de pandémies, notamment les affections avec un réservoir sauvage. En outre, sans la kétamine, il devient très difficile de gérer les nombreux programmes en épidémiologie ou en médecine environnementale.

L’application des législations nationales est en mesure d’assurer un contrôle suffisant de l’utilisation de la kétamine, en toute sécurité puisque uniquement sur ordonnance. Dans l’Union européenne, dix-sept pays ont mis en place un contrôle spécifique de ce médicament, quatre l’ont classé sur la liste des stupéfiants et neuf sur la liste des psychotropes.

 

La France à contre-courant

Anesthesia_BA_U.S. federal governmentLa France, via un projet d’arrêté, veut classer la kétamine comme stupéfiant. Les deux agences nationales du médicament humain (ANSM) et vétérinaire (ANMV) se sont en effet prononcées en ce sens. Ainsi, le comité technique des Centres d’évaluation et d’information sur la pharmacodépendance de l’ANSM, lors de sa séance du 5 juin 2014, a approuvé l’inscription des solutions injectables de ce médicament sur la liste des stupéfiants, compte tenu de son action pharmacologique et de l’augmentation des cas d’abus. Saisie par l’ANSM, l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) a à son tour émis, le 21 décembre 2014, un avis favorable, en recommandant la mise en place d’une information préalable de la profession vétérinaire, des opérateurs industriels et de la distribution.

Il est vrai qu’en France, le nombre d’affaires impliquant la kétamine a augmenté entre 2009 et 2013. La plupart ont concerné son usage ou sa détention/cession comme stupéfiant, mais plusieurs vols dans des cliniques vétérinaires et un dans une centrale d’achats ont également été signalés. Toutefois, en 2014, l’usage et le trafic de kétamine sont restés marginaux comparativement aux drogues de synthèse ou aux médicaments. Rien à voir avec la situation en Chine, qui est à la source de la consommation illicite de kétamine dans le monde, selon l’United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC). Elle est soit détournée de la fabrication pharmaceutique légale, soit produite illégalement pour être ensuite exportée aux niveaux national et international.

 

La prochaine Commission on Narcotic Drugs n’a plus qu’à trancher, sachant toutefois qu’elle ne peut ajouter une substance à un tableau sans une recommandation explicite de l’OMS. Or l’ECDD de l’OMS a examiné la kétamine en 2006, 2012 et 2014… pour conclure à chaque fois qu’une mise sous contrôle était injustifiée.

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Pharmacie
Le mouvement anti-vaccination gagne les animaux de compagnie

La tendance anti-vaccination menace non seulement la santé humaine, comme le montre l’épidémie de rougeole qui sévit outre-Atlantique, mais peut...

Fermer