Influenza aviaire : la zone de restriction est levée, malgré quatre foyers résiduels

Vetitude.fr | Le

La levée de la zone de restriction mise en place dans le sud-ouest de la France, dans le cadre de la stratégie de lutte contre l’influenza aviaire hautement pathogène, intervient aujourd’hui, 15 septembre 2016. Selon le ministère de l’Agriculture, cette décision a reçu un avis favorable de l’Union européenne, lors d’une réunion du comité technique à Bruxelles. Deux zones de protection et de surveillance subsistent toutefois, après la survenue récente de foyers isolés, en Dordogne et dans l’Aveyron.

 

influenza-aviaire-15-09-2016Depuis le 24 novembre 2015, date du premier foyer d’influenza aviaire détecté dans une basse-cour familiale à Biras (Dordogne), les cas d’infection se sont multipliés en France. Au total, au 8 août 2016, 81 foyers d’influenza aviaire hautement pathogène pour les volailles ont été recensés dans dix départements du Sud-Ouest. Au sein de la zone de restriction, des mesures de biosécurité ont été mises en œuvre dans tous les élevages de palmipèdes (restriction des mouvements d’animaux, dépeuplement progressif, assainissement par nettoyage-désinfection, vide sanitaire généralisé jusqu’au 16 mai). Ce vaste programme de lutte semble avoir eu raison de l’épizootie. L’objectif est aujourd’hui de retrouver le statut sanitaire “indemne” de la maladie afin de rassurer les pays clients de la filière avicole française.

Dans le cadre du plan de surveillance renforcé initié fin mai en vue de lever la zone de restriction, deux foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (H5) ont été confirmés dans l’Aveyron : le premier le 19 juillet 2016 dans un élevage de 2 080 canards prêts à gaver et 2 917 canetons à Vareilles, le second le 5 août dans un élevage de 11 000 canards prêts à gaver à Cruejouls. En Dordogne, deux foyers d’influenza aviaire hautement pathogène (H5N1) ont également été détectés : l’un le 18 juillet 2016 dans un élevage de 4 400 poulets de plein air situé à Ladornac, l’autre le 25 juillet dans un élevage de 24 000 canards prêts à gaver, dans la même commune, à 400 m du premier foyer. « L’identification récente de ces quatre foyers résiduels ne remet pas en cause la pertinence de la stratégie d’éradication déployée sur le terrain », souligne le ministère.

La zone de restriction a donc été levée après la réalisation d’un vaste sondage organisé sur environ trois mois : les élevages de gallinacés situés hors des zones de protection et de surveillance ont fait l’objet d’une inspection clinique, les élevages de palmipèdes repeuplés ont été la cible d’une inspection clinique et de prélèvements en vue d’un dépistage sérologique et/ou virologique, selon les stades de production, dans l’ensemble de la zone.

Pour le ministre de l’Agriculture, Stéphane Le Foll, « la lutte contre les risques de réapparition du virus de l’influenza aviaire doit se poursuivre activement afin de recouvrer au plus vite – et conserver – le statut indemne de la France. La surveillance active des productions sensibles doit continuer, ainsi que les efforts pour mettre en place et maintenir les mesures adéquates de biosécurité dans les élevages ».

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Sanitaire
L'urgence sanitaire des morsures de serpent : 5 millions de personnes mordues chaque année, plus de 100 000 décès et 400 000 amputations ou défigurations
Morsures de serpents : vipères, mambas et autres taïpans à l’origine d’une crise sanitaire planétaire

Quelque 5 millions de personnes mordues chaque année dans le monde, plus de 100 000 décès, environ 400 000 amputations...

Fermer