Hépatite E: une nouvelle épidémie virale transmise par le rat

Vetitude.fr | Le

L’hépatite E du rat est capable d’infecter l’humain. Cette transmission, qui reste encore largement un mystère, inquiète. Si seulement quelques dizaines de cas ont été détectés, les chercheurs mettent en garde contre les infections qui sont surement passées inaperçues.

 

L’hépatite E du rat est capable d’infecter l’humain. Cette transmission, qui reste encore largement un mystère, inquiète. Si seulement quelques dizaines de cas ont été détectés, les chercheurs mettent en garde contre les infections qui sont surement passées inaperçuesEn 2018, des experts en maladies infectieuses de l’Université de Hong Kong sont confrontés à l’émergence d’un nouveau virus. Face à eux, un homme de 56 ans, ayant eu une greffe de foie, qui présente des fonctions hépatiques anormales, sans cause évidente. Alors que les tests indiquent une réaction immunitaire contre l’hépatite E, aucune souche humaine du virus de l’hépatite E (VHE) n’est détectée dans son sang.

Le VHE affecte de manière générale le foie chez quatre espèces animales, provoquant fièvre, jaunisse, et une hypertrophie de l’organe. A l’époque, une seule souche semblait infecter l’humain. Mais les chercheurs identifient, et ce pour la première fois, une hépatite E de rat chez un humain.

Depuis cette première étude, 10 autres résidents de Hong-Kong ont été testé positifs à l’hépatite E de rat. Le cas le plus récent date d’il y a moins d’une 15ène de jours. Mais cela pourrait n’être que la pointe de l’iceberg.

Il est possible que les infections non diagnostiquées se comptent, en réalité, en centaines et que cela dure depuis bien plus longtemps. De nombreuses personnes atteintes d’hépatite E ne présentent que des symptômes bénins et, dans certains cas, ne savent même pas qu’elles sont infectées.

Pour le moment les autorités ne peuvent que mettre en garde, sensibiliser et inciter des mesures préventives. En effet, si le traitement contre l’hépatite E humaine semble faire effets, les résultats restent mitigés. Et l’infection semble très difficile à prévenir tant que le mode de transmission n’est pas identifié.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, la souche humaine de l’hépatite E est généralement transmise par contamination fécale de l’eau potable. Cependant, personne ne sait vraiment encore comment la souche du rat infecte. Il se peut que ce soit en buvant de l’eau ou en manipulant des objets contaminés.

Malheureusement, pour le moment, la source, la voie d’infection et la période d’incubation restent indéterminées.

En attendant, les tests diagnostic ont été affinés et améliorés et des campagnes de sensibilisation du secteur hospitalier et du grand public ont été lancé. Les rats de la ville sont également testés pour tenter d’identifier des zones à risques. A surveiller de près !

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Sanitaire
Quand la maladie de Lyme échappe au système immunitaire
Quand la maladie de Lyme échappe au système immunitaire

De nouveaux résultats éclairent sur les mécanismes d’évasion immunitaire des bactéries à l’origine de la maladie de Lyme qui peut...

Fermer