Épilepsie canine et féline : premier consensus mondial né de la collaboration d’experts en neurologie vétérinaire

Vetitude.fr | Le

Pour la première fois en médecine vétérinaire, un panel international regroupant 26 vétérinaires et scientifiques est parvenu à établir des lignes directrices unifiées et standardisées pour la recherche, le diagnostic et le traitement de l’épilepsie chez le chien et le chat.

 

epilepsie canineL’International Veterinary Epilepsy Task Force (IVETF), composée de praticiens et d’experts en neuropharmacologie, en neuropathologie et en neurologie vétérinaires et humaines, a adopté sept “déclarations de consensus” qui listent un certain nombre de recommandations et de classifications portant sur toutes les facettes de la maladie. L’objectif est d’avancer dans la maîtrise de l’épilepsie canine et féline pour au final mieux traiter les animaux atteints. C’est la première fois que neurologues vétérinaires et chercheurs en neurosciences s’accordent officiellement sur les aspects clés de l’épilepsie chez l’animal de compagnie. Créé l’an dernier, ce groupe de travail est présidé par le Pr Holger Volk, spécialiste en neurologie et neurochirurgie au Royal Veterinary College de Londres.

L’épilepsie canine est l’une des affections les plus courantes en pratique vétérinaire. Cette prévalence a généré de nombreuses études menées au fil des années chez les animaux de compagnie. Mais, malgré la fréquence des travaux de recherche sur le sujet, le manque de cohérence et d’harmonisation des données récoltées restreint la portée de ces études, limitant leur impact scientifique. Un manque de cohésion qui rend également la communication confuse entre les propriétaires et les vétérinaires sur la maladie. Pas facile en effet de planifier un traitement, d’obtenir l’adhésion du client ou de mesurer les résultats thérapeutiques quand les définitions, les classifications, la terminologie ou les normes sont aussi variées, rendant les comparaisons impossibles. La multiplication des recommandations affecte également les praticiens au moment d’établir le diagnostic ou d’opter pour un traitement.

L’approche collaborative de l’IVETF a permis d’identifier une “chaîne des soins”, qui va de l’éleveur et au propriétaire de l’animal au vétérinaire traitant jusqu’au spécialiste en neurologie et au neuroscientifique. Chaque déclaration du consensus vise à fournir, à chaque maillon de la chaîne, un outil simple, pragmatique, fiable et pertinent. L’IVETF a également construit un cadre scientifique et clinique adapté pour mieux contrôler et étudier l’épilepsie, tout en s’accordant sur un langage commun et une description claire des syndromes épileptiques spécifiques à certaine races.

 

Les sept déclarations de consensus de l’International Veterinary Epilepsy Task Force

1. IVETF consensus report on epilepsy definition, classification and terminology in companion animals (http://doi.org/10.1186/s12917-015-0461-2).
2. IVETF consensus proposal: Diagnostic approach to epilepsy in dogs (http://doi.org/10.1186/s12917-015-0462-1).
3. IVETF’s current understanding of idiopathic epilepsy of genetic or suspected genetic origin in purebred dogs (http://doi.org/10.1186/s12917-015-0463-0).
4. IVETF consensus proposal: Medical treatment of canine epilepsy in Europe (http://doi.org/10.1186/s12917-015-0464-z).
5. IVETF consensus proposal: outcome of therapeutic interventions in canine and feline epilepsy (http://doi.org/10.1186/s12917-015-0465-y).
6. IVETF recommendations for a veterinary epilepsy-specific MRI protocol (http://doi.org/10.1186/s12917-015-0466-x).
7. IVETF recommendations for systematic sampling and processing of brains from epileptic dogs and cats (http://doi.org/10.1186/s12917-015-0467-9).

 

Les membres de l’IVETF ayant participé au consensus

> Faculté des sciences médicales et de la santé, université de Copenhague (Danemark).
> Faculté de médecine vétérinaire, université de Gand (Belgique).
> Faculté de médecine vétérinaire, université autonome de Barcelone (Espagne).
> Centre de médecine vétérinaire clinique, université Ludwig-Maximilians, de Munich (Allemagne).
> Université de médecine vétérinaire de Hanovre (Allemagne).
> Université d’Utrecht (Pays-Bas).
> Université de médecine vétérinaire, Vienne (Autriche).
> Animal Health Trust, Suffolk (Royaume-Uni).
> Fitzpatrick Referrals, Surrey (Royaume-Uni).
> Fernside Veterinary Centre, Hertfordshire (Royaume-Uni).
> Royal Veterinary College, Londres (Royaume-Uni).
> Vet Extra Neurology, hôpital vétérinaire Broadleys (Royaume-Uni).
> École de médecine vétérinaire, université de Surrey (Royaume-Uni).
> Université de Melbourne, Victoria (Australie).
> Collège de médecine vétérinaire, université de Caroline du Nord (États-Unis).
> Collège de médecine vétérinaire, université du Minnesota (États-Unis).
> Collège de médecine vétérinaire, université de Géorgie (États-Unis).
> Chicago Veterinary Neurology and Neurosurgery (États-Unis).

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de compagnie
Le berger d’Auvergne est un chien de troupeau, de garde, de chasse. Réputé pour son intelligence, il a pourtant peu à peu cédé la place au border collie.
Berger d’Auvergne : un chien du Massif central à redécouvrir

Chien de troupeau, de garde, de chasse, telles étaient les qualités du chien de berger qui peuplait autrefois l’Auvergne, mais...

Fermer