Covid-19 et animaux : risque zoonotique et conséquences sur la sécurité alimentaire

Vetitude.fr | Le

Depuis l’émergence du nouveau coronavirus (Sars-CoV-2) à l’origine de la pandémie de Covid-19, plusieurs espèces animales ont déjà été testées positives, notamment le chat, le chien, des grands félins de zoos. Le risque zoonotique est certes assez faible pour le moment. Mais les scientifiques cherchent notamment à évaluer le rôle de réservoir d’infection joué par les animaux domestiques, qui contribueraient à alimenter la persistance du virus et la propagation de la maladie chez l’homme.

 

Covid-19 et animaux : risque zoonotique et conséquences sur la sécurité alimentaireLes auteurs d’une revue de l’ensemble des données collectées sur la transmissibilité de l’infection au nouveau coronavirus entre l’homme et les animaux domestiques incitent les chercheurs à répondre rapidement à plusieurs questions clés :

  • quelles espèces animales peuvent être infectées par le Sars-CoV-2 ; quelles sont les sources probables de l’infection, la période d’infectiosité et la transmissibilité entre ces animaux et les autres espèces animales et l’homme ?
  • quels sont les meilleurs tests de diagnostic actuellement disponibles pour les animaux de compagnie et de production ?
  • quelles expressions cliniques chez les animaux de compagnie et de rente, mais aussi chez d’autres espèces animales peuvent servir aux vétérinaires de marqueurs de la maladie afin de généraliser un rapport sanitaire déclaratif type ?

Parmi les scénarios étudiés, il en est un qui concerne les conséquences d’une contagion chez et par les animaux de rente (bovins, ovins, caprins, volailles), tant en termes de sécurité alimentaire que d’impacts économiques.

Les auteurs préconisent aussi d’initier rapidement une stratégie de détection des cas de contamination et de collecte des données auprès des professionnels de santé animale comme les vétérinaires, mais aussi les soigneurs d’animaux de zoo ou encore les éleveurs, pour les superposer à celles rapportées chez l’homme. Ils proposent ainsi une approche épidémiologique qui mettrait en parallèle la propagation de l’infection humaine par cluster et la densité des espèces animales infectées, sur la base des déclarations vétérinaires, révélant un lien potentiel entre les animaux malades et les patients atteints de Covid-19.

 

 

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Sanitaire
La surveillance des zoonoses chez la roussette
La surveillance des zoonoses chez la roussette

Si la pandémie actuelle COVID-19 nous a appris une chose, c’est que la surveillance des maladies zoonotiques chez des vecteurs...

Fermer