Communication homme-animal : le chien distingue les mots et l’intonation de la parole humaine

Vetitude.fr | Le

Une étude récente sur le langage, publiée dans la revue américaine Science, montre que l’homme n’aurait qu’un monopole, celui de la créativité dans l’utilisation des mots. Car les chiens sont, tout comme nous, capables d’interpréter les mots de notre vocabulaire, mais aussi d’analyser l’intonation de la voix. Ce n’est pas une exclusivité du cerveau humain.

 

cerveau caninCette étude ne s’est pas limitée à observer les réactions des chiens face à différents mots et intonations. Elle s’est penchée sur les régions cérébrales, similaires à celles de l’homme, qui interagissent dans la perception du langage. La découverte est importante : l’hémisphère gauche du cerveau canin interprète ce que nous disons, tandis que l’hémisphère droit analyse la façon dont nous le disons. Le chien, tout comme l’homme, intègre ainsi les deux types d’informations pour parvenir à un sens, d’un côté en interprétant les mots prononcés et de l’autre en analysant l’intonation de la voix. En outre, seules des paroles douces et agréables à entendre, accompagnées de l’intonation juste, activent le centre du plaisir du cerveau canin.

Les mécanismes neuronaux impliqués dans l’interprétation des mots ne sont donc pas l’apanage du cerveau humain. L’étude montre que dans un environnement riche en paroles, les représentations du sens des mots employés peuvent se développer même dans le cerveau d’animaux incapables de parler. L’apprentissage du vocabulaire ne serait pas une compétence humaine liée à l’émergence du langage, mais une capacité neuronale plus ancrée qui lierait des séquences sonores arbitraires à des significations.

Les mots constituent les blocs à la base de la construction du langage humain. En outre, l’intonation est une autre façon d’appréhender l’information transmise par la parole. L’ensemble de ces deux processus permet aux hommes de se comprendre. Les travaux publiés, qui montrent que les chiens fonctionnent de la même façon, devraient faciliter la communication et la coopération entre l’homme et le chien. Reste à savoir si au cours de l’histoire de la domestication du chien, la sélection et l’environnement n’ont pas favorisé l’émergence de la structure du cerveau qui sous-tend cette capacité dans l’espèce canine. Mais une évolution si rapide des asymétries hémisphériques liées à la parole est peu probable.

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de compagnie
La trop faible diversité génétique chez le bouledogue anglais est inquiétante pour l’avenir de la race. Il faut le croiser avec une race apparentée
Race brachycéphale : le bouledogue anglais victime de son succès

La trop faible diversité génétique chez le bouledogue anglais est inquiétante pour l’avenir de la race. Une étude* récente du...

Fermer