Bien-être animal : la Nouvelle-Zélande interdit les stalles métalliques individuelles pour les truies

Vetitude.fr | Le

Le 3 décembre 2015 est une date importante pour les porcs néo-zélandais. C’est en effet aujourd’hui que l’interdiction des cases utilisées pour l’élevage des truies reproductrices entre en vigueur en Nouvelle-Zélande, après une période de mise en œuvre progressive de cinq ans. Désormais, les truies seront regroupées en parc collectif immédiatement après la saillie. Cette victoire est à mettre au crédit de l’association Safe for Animals qui a mené une campagne intensive en ce sens depuis 2009.

 

truies en gestation

Le point culminant de cette campagne en faveur du bien-être des truies gestantes a été la diffusion, dans l’émission grand-public Sunday, d’un film tourné en caméra cachée et présentant la réalité de l’élevage industriel porcin dans le pays. Ces images choquantes ont provoqué un tollé de protestations. Habitués à voir les vaches et les moutons brouter librement dans les pâturages et à flanc de montagne, les citoyens ont découvert à cette occasion que les porcs étaient élevés à l’intérieur, que les truies étaient confinées dans une cage étroite leur vie durant et maltraitées, que les porcelets étaient castrés sans anesthésie, que leur queue était sectionnée à vif, etc. Cette souffrance des porcs d’élevage a traumatisé la population et, sous sa pression, le gouvernement néo-zélandais a adopté un nouveau Code de bien-être animal en 2010, annonçant notamment une élimination graduelle des stalles sur cinq ans. C’est donc chose faite aujourd’hui.

Pendant la période de transition, les éleveurs porcins ont progressivement réduit, voire abandonné l’usage des cases pour les truies. Leurs produits sont identifiés par le « 100 % new Zealand pig care accredited Label » qui assure au consommateur que la viande qu’il achète est du porc néo-zélandais élevé selon le nouveau code. Pour garantir l’intégrité du label, les éleveurs doivent en outre faire auditer leurs exploitations. Et ce n’est pas tout : pour regagner la confiance de leurs concitoyens, ils ont régulièrement communiqué sur le fait que leurs animaux sont élevés sans recours préventif aux antibiotiques et sans hormones de croissance, bannies du nouveau code. Ce dernier interdit également la castration mécanique des porcelets.

La Nouvelle-Zélande rejoint ainsi le Royaume-Uni où les cases de gestation sont totalement interdites depuis 1999. Cette interdiction n’est que partielle dans tous les États membres de l’Union européenne depuis le 1er janvier 2013 : les éleveurs de plus de dix truies peuvent toujours avoir recours aux cases individuelles pendant le premier mois et la dernière semaine de gestation. Cinq semaines de trop ?

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de rente
Influenza aviaire H5N1 : le ministère de l'Agriculture prend des mesures de biosécurité, Maroc et Corée ferment leurs frontières aux volailles françaises
Influenza aviaire H5N1 : la Dordogne soumise à des mesures de biosécurité

Deux nouveaux cas de grippe aviaire hautement pathogène ont été détectés dans deux élevages de volailles en Dordogne, via le...

Fermer