Aide à l’importation d’animaux vivants pour les DOM

Vetitude.fr | Le

 

Arrêté du 12 mars 2015 fixant pour l’année 2015 la répartition budgétaire pour la mesure « aide à l’importation d’animaux vivants » pour les départements d’outre-mer
 

Article 1

La campagne d’importation pour la mesure « aide à l’importation d’animaux vivants » est fixée du 1er janvier au 31 décembre de chaque année.

Article 2

La répartition budgétaire entre les cinq départements d’outre-mer (DOM) au titre de la campagne mentionnée à l’article 1er est ainsi effectuée :
Guadeloupe : 250 000 € ;
Guyane : 150 000 € ;
Martinique : 650 000 € ;
Mayotte : 100 000 € ;
La Réunion : 850 000 €.

Article 3

Les montants unitaires de l’aide à l’importation d’animaux vivants pour les actions mises en œuvre en 2015, pour les importations en provenance de la métropole vers les cinq départements d’outre-mer, pour les importations entre La Réunion et les quatre autres départements d’outre-mer, pour les importations entre la Guyane et les quatre autres départements d’outre-mer et pour les importations entre Mayotte et les quatre autres départements d’outre-mer sont les suivants :

  • bovins – bubalins : 1 800 €/unité pour les cinq départements d’outre-mer ;
  • ovins – caprins : pour la Guadeloupe, Martinique, La Réunion : 300 €/unité ; pour la Guyane et Mayotte : 340 €/unité ;
  • porcins : pour la Guadeloupe : 300 €/unité ; pour la Guyane : 360 €/unité ; pour la Martinique, La Réunion et Mayotte : 250 €/unité
  • œufs à couver : pour la Guadeloupe, Martinique, La Réunion : 0,45 €/unité ; pour la Guyane et Mayotte : 0,50 €/ unité ;
  • volailles : pour la Guadeloupe et la Martinique : 0,48 €/unité ; pour la Guyane et La Réunion et Mayotte : 0,50 €/unité ;
  • lapins adultes : pour la Guadeloupe : 28 €/unité ; pour la Guyane : 12 €/unité ; pour la Martinique et Mayotte : 20 €/unité ; pour La Réunion : 14 €/unité ;
  • lapereaux : pour la Guadeloupe et Mayotte : 6 €/unité ; pour la Guyane : 10 €/unité ; pour la Martinique : 2,5 €/unité ; pour La Réunion : 12 €/unité ;
  • équins – asins : 1 500 €/unité pour les cinq départements d’outre-mer.
Article 4

Pour les importations entre la Martinique et la Guadeloupe, et entre Mayotte et La Réunion, les montants unitaires de l’aide à l’importation d’animaux vivants pour les actions mises en œuvre en 2015 sont diminués de 50 %.

Article 5

L’aide est calculée sur la base des quantités importées multipliées par un taux unitaire spécifique à chaque espèce et à chaque DOM. Les conditions d’éligibilité à l’aide sont fixées dans le programme POSEI 2015 modifié et approuvé par la Commission européenne.

Article 6

Le directeur de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt de chaque département d’outre-mer, après avis du comité local POSEI, est autorisé à procéder au redéploiement entre espèces des quantités non utilisées en respectant l’enveloppe initiale accordée.
Le directeur de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt transmet les bilans modifiés sans délai à la directrice de l’ODEADOM et aux services du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt.

 

Article 7

Le directeur de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt de chaque département d’outre-mer transmet, au plus tard le 30 septembre 2015, aux services du ministère de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt en charge de la gestion de la mesure un rapport sur l’utilisation budgétaire de la mesure « importation d’animaux vivants » et sur le nombre d’animaux importés par espèce. Le cas échéant, il fera également part des besoins supplémentaires pour la fin de l’année.
Sur la base de ces rapports, en fin de campagne, si l’intégralité de l’allocation budgétaire de la mesure n’est pas consommée, la directrice de l’ODEADOM est autorisée à procéder à un redéploiement des enveloppes entre les DOM dans une limite qui ne pourra excéder plus ou moins 40 % de la dotation départementale initiale.
Toujours sur la base de ces rapports, en fin de campagne, si les éventuels besoins supplémentaires pour la fin de l’année exprimés par les directeurs de l’agriculture, de l’alimentation et de la forêt sont supérieurs à 40 % de la dotation départementale initiale, le ministre de l’agriculture, de l’agroalimentaire et de la forêt prend, le cas échéant, un nouvel arrêté de répartition afin de procéder aux ajustements nécessaires entre les différents départements d’outre-mer.
 

Source : http://www.legifrance.gouv.fr 

Partager cet article :
Plus dans Textes officiels
Modification du stud-book du Selle français

Arrêté du 5 mars 2015 modifiant l'arrêté du 14 novembre 2002 modifié portant approbation du règlement du stud-book du selle...

Fermer