À Berlin, détenir un chien passe désormais par l’obtention d’un permis canin

Vetitude.fr | Le

Dans la capitale allemande, les futurs acquéreurs d’un chien devront d’abord obtenir un permis de détention, délivré à la suite d’une épreuve théorique et pratique. Selon le projet de loi, approuvé le 18 mai 2016, le dispositif d’attestation d’aptitude préalable entrera en vigueur dès cette année. Les propriétaires berlinois devront en outre débourser 100 € pour passer ce permis canin, puis 40 € de taxe chaque année.

 

permis canin BerlinAvec près de 100 000 chiens sur son territoire pour 3,5 millions d’habitants, Berlin opte pour des mesures plus restrictives afin de responsabiliser les propriétaires, d’améliorer la coexistence au sein de la population et de limiter les risques (agressions, morsures, etc.). Avant d’acquérir un chien dans la capitale allemande, il faudra donc prouver que l’on maîtrise son animal en passant avec succès des tests théoriques et pratiques, notamment d’obéissance. En outre, les chiens au-delà d’une certaine taille (30 cm au garrot) devront être tenus en laisse dans toute la ville, sauf dans une quarantaine de zones spécifiquement délimitées.

Les règles à respecter par les propriétaires de chiens diffèrent selon les régions allemandes. Certains länder, comme la Basse-Saxe, ont listé des catégories de chiens soumises à des obligations (notamment un test de comportement officiel) selon leur degré supposé de dangerosité. Il existe en outre un grand nombre de mesures restrictives supplémentaires (par exemple taxe sur les chiens, obligation d’assurance, obtention d’une attestation de compétences, obligation d’identification par micropuce, enregistrement auprès des autorités, stérilisation, interdiction d’élevage, laisse et muselière obligatoires, etc.).

En France, la détention d’un chien susceptible d’être dangereux (chiens d’attaque, de garde ou de défense) nécessite également, depuis 2008, l’obtention d’un permis*, délivré à la suite d’une formation d’aptitude et d’une évaluation comportementale de l’animal. Il en est de même en Suisse**.

Les restrictions adoptées inquiètent les propriétaires de chiens berlinois. Le projet de loi, mal accueilli, est jugé inutile et discriminatoire. Plusieurs parcs de la capitale, qui compte 13 000 ha d’espaces verts publics, sont déjà interdits d’accès aux chiens, réduisant sensiblement les lieux de promenade autorisés. Avec le permis canin, une nouvelle étape est franchie, et de nombreuses voix s’élèvent pour protester contre la contribution financière prévue : 100 € à la charge du maître, plus une taxe annuelle de 40 €. Au final, le débat, plus large, porte sur la qualité de vie à Berlin et oppose les détenteurs de chiens et les non-détenteurs.

 

* Code rural, section 2, animaux dangereux et errants : le propriétaire ou le détenteur d’un chien de 1re ou 2e catégorie « est tenu d’être titulaire d’une attestation d’aptitude sanctionnant une formation portant sur l’éducation et le comportement canins, ainsi que sur la prévention des accidents ». Il « est tenu, lorsque le chien est âgé de plus de huit mois et de moins de douze mois, de le soumettre à l’évaluation comportementale ».

** Ordonnance sur la protection des animaux du 23 avril 2008, article 68 : « Avant d’acquérir un chien, les futurs détenteurs doivent fournir une attestation de compétences qui prouve qu’ils ont acquis des connaissances sur la manière de détenir et de traiter les chiens. (…) La personne qui assume la garde du chien doit présenter, dans l’année qui suit l’acquisition du chien, une attestation de compétences certifiant qu’elle a le contrôle de son chien dans les situations de la vie quotidienne. Cette règle ne s’applique pas aux personnes qui ont suivi une formation de formateur de détenteurs de chiens (…), de spécialiste chargé d’élucider les causes des comportements canins frappants. »

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de compagnie
Sans assistance, les races canines et félines concernées par l’hypertype brachycéphale partagent un caractère commun : une qualité de vie dégradée
Races brachycéphales : la profession vétérinaire se mobilise contre l’hypertype chez le chien et le chat

  Depuis le 9 mai, le site britannique Vet Help Direct* exhorte les vétérinaires et leurs associations professionnelles à agir...

Fermer