Virus Usutu : première détection en France chez des merles retrouvés morts

Vetitude.fr | Le

Les virus transmis par les moustiques deviennent une menace croissante en Europe occidentale, et la France n’est pas épargnée. Étroitement lié au virus West-Nile qui sévit actuellement en Camargue, le virus Usutu vient d’être isolé pour la première fois sur le territoire français, chez des merles retrouvés morts dans le Haut-Rhin. Une première alerte avait eu lieu en 2009-2010, chez des pies, lors d’une enquête sérologique sur la circulation des flavivirus dans le sud de la France*.

 

Une mortalité anormale de merles noirs dans le Haut-Rhin, début août 2015, a mis en alerte le réseau Sagir. Une vingtaine de ces oiseaux ont été retrouvés morts sur la même commune, en une dizaine de jours. Deux d’entre eux ont alors fait l’objet d’un examen histopathologique au laboratoire départemental d’analyses vétérinaires. Ils présentaient une hépatomégalie et une splénomégalie, compatibles avec une infection virale.
Comme des épisodes de mortalités similaires ont été rapportés dans l’avifaune de pays voisins, ces dernières années, notamment en Allemagne**, des prélèvements ont été envoyés au laboratoire de l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses). Les analyses par RT-PCR ont alors mis en évidence, chez deux merles, la présence d’un flavivirus. Son séquençage a permis de confirmer qu’il s’agit bien du virus Usutu.

Virus Usutu merleIsolé pour la première fois en 1959 en Afrique du Sud, le virus Usutu est un arbovirus du genre flavivirus (famille des Flaviviridae). Il circule de façon cyclique entre les moustiques (vecteurs) et les oiseaux sauvages (réservoirs naturels), n’infectant les mammifères (homme, chevaux) qu’accidentellement, via une piqûre de moustique. Génétiquement et antigéniquement proche du virus West-Nile, qui a de son côté décimé des milliers d’oiseaux en Amérique du Nord après son introduction en 1999, le virus Usutu semble beaucoup moins pathogène pour les mammifères, et en particulier pour l’homme. Seules deux infections neurologiques sont rapportées chez des patients immunodéprimés en Italie, en 2009. Le plus souvent, le risque de transmission à l’homme est négligeable et ne provoque dans ce cas qu’une hyperthermie, des céphalées, rarement une méningite.

Pendant près de 40 ans, ce virus n’est identifié que sur le continent africain. Mais en 1996, une souche émerge en Italie, gagnant ensuite l’Autriche en 2001 où elle provoque à Vienne une mortalité massive chez certaines espèces de passereaux, principalement le merle noir. Puis le virus se diffuse rapidement dans d’autres pays d’Europe : il est notamment détecté chez des oiseaux morts ou des moustiques en Hongrie, en Suisse, en Espagne, en Allemagne, en république Tchèque, en Belgique, au Royaume-Uni.

Dans l’avifaune, le virus Usutu est associé à des épisodes de mortalités, isolées ou groupées, principalement chez les passereaux (merle noir, mésanges, moineau domestique, rouge-gorge, étourneau sansonnet) et les chouettes. Des troubles nerveux centraux sont également rapportés, mais ces symptômes ne sont guère spécifiques : faiblesse, prostration, désorientation, incoordination motrice, perte de poids. Les organes sont généralement congestionnés, avec des foyers de nécrose, de gliose, et des infiltrats inflammatoires surtout constitués de cellules lymphoïdes et d’histiocytes. Du point de vue macroscopique, les infections à virus Usutu sont responsables d’une splénomégalie et d’une hépatomégalie.

Afin de comprendre la diffusion de ce virus en France, le réseau Sagir demande de lui signaler toutes les mortalités anormales de passereaux et de rapaces nocturnes observées sur le terrain. Du côté des laboratoires d’analyses, il convient désormais d’inclure les infections à virus Usutu dans le diagnostic différentiel des troubles nerveux chez les espèces sensibles.

 

* M. Vittecoq et coll. : Recent circulation of West Nile Virus and potentially other closely related flaviviruses in Southern France, Vector-Borne and Zoonotic Diseases, 2013, n° 8, doi: 10.1089/vbz.2012.1166.

** U. Ziegler et coll. : Epidemic spread of Usutu virus in southwest Germany in 2011 to 2013 and monitoring of wild birds for Usutu and West Nile viruses, Vector-Borne and Zoonotic Diseases, 2015, vol. 15, n° 8.

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Actualité
Bouquetins atteints de brucellose : le préfet de Haute-Savoie passe outre l'avis de l'Anses et du CNPN et publie un arrêté d'abattage massif
Brucellose : nouvel abattage massif en vue pour les bouquetins de Haute-Savoie

Dès cet automne, plus des deux tiers des bouquetins du massif du Bargy devraient être abattus pour lutter contre la...

Fermer