Races brachycéphales : la profession vétérinaire se mobilise contre l’hypertype chez le chien et le chat

Vetitude.fr | Le

 

Depuis le 9 mai, le site britannique Vet Help Direct* exhorte les vétérinaires et leurs associations professionnelles à agir pour résoudre les problèmes médicaux rencontrés par les races de chiens et de chats brachycéphales, incapables de respirer normalement et dont la survie passe souvent par une trachéotomie. Cette situation, créée par l’homme à force de sélection d’un hypertype au museau court et retroussé, vise avant tout l’esthétisme sans tenir compte des conséquences pour ces animaux en termes de santé et de bien-être. Outre-manche, la résistance s’organise contre ce morphotype poussé à l’extrême et ses affections respiratoires associées.

 

Bulldog brachycephaleIncapables de mener une vie normale sans assistance, les races canines (carlin, bouledogue français et anglais, pékinois, shih tsu, lhassa apso, boxer) et félines (persans) concernées par l’hypertype brachycéphale partagent un caractère commun : l’apparition de troubles respiratoires et digestifs plus ou moins sévères (collapsus trachéal ou laryngé, éversion des ventricules et fatigue cardiaque, œsophagites, hernies hiatales, etc.). La prise en charge de ces troubles de santé est essentiellement chirurgicale. En outre, ils s’accompagnent souvent d’une qualité de vie dégradée, d’une obésité due à une intolérance à l’exercice et d’une espérance de vie raccourcie.

Or la situation ne cesse de s’aggraver, en raison de la popularité grandissante de ces races. Le Kennel Club britannique a notamment enregistré cinq fois plus de naissances de carlins au cours des onze dernières années. Les bouledogues anglais sont également en plein essor, et la hausse atteint 4 000 % pour les bouledogues français depuis 2005. Régulièrement confrontés aux souffrances de ces animaux, les vétérinaires du Royaume-Uni entendent réagir, à l’instar de leurs confrères dans d’autres pays comme la Norvège, la Suède, l’Irlande et les Pays-Bas, qui ont pris publiquement position contre la production de ces races hypertypées.

Les réactions ne se sont pas fait attendre. Diffusée par Vet Help Direct, une pétition** destinée aux vétérinaires et aux auxiliaires a été mise en ligne le 9 mai, appelant les organisations professionnelles vétérinaires et les associations d’éleveurs de chiens à s’attaquer au problème et à prendre des mesures d’urgence. Plusieurs centaines de signatures ont d’ores et déjà été récoltées auprès de vétérinaires et d’ASV du monde entier.

Et les déclarations de soutien à cette initiative se multiplient. Ainsi, la British Veterinary Association (BVA) et la British Small Animal Veterinary Association (Bsava) ont publié, dès le 10 mai, un communiqué commun dans lequel elles recommandent fortement que les animaux affectés par une brachycéphalie extrême soient écartés de la reproduction. Les deux associations se disent prêtes à travailler avec tous les acteurs (vétérinaires, éleveurs, clubs de race, juges, grand public, etc.) pour mettre en œuvre les mesures requises par les problèmes de santé et de bien-être dus aux dérives génétiques de l’hypertype.

Améliorer la santé et le confort de vie de ces races, telle est également la volonté du Dog Breeding Reform Group (DBRG). Dans sa déclaration, il se félicite de la prise de position de la profession vétérinaire et aspire à un changement réel et significatif sur cette question, qui passe par l’élevage responsable. De même, l’association People’s Dispensary for Sick Animals (PDSA) se réjouit dans son communiqué du lancement de la pétition en ligne et offre son expertise dans l’élaboration du plan d’action collaboratif préconisé par la BVA/Bsava. De son côté, la Royal Society for the Prevention of Cruelty to Animals (RSPCA) propose de collaborer à un groupe de travail sur la question composé de la BVA, du Royal College of Veterinary Surgeons (RCVS), du Kennel Club et de l’Animal Health Trust (AHT).

Espérons que l’appel à la mobilisation des vétérinaires trouvera un large écho et que, confronté à cette synergie, l’élevage et la mise sur le marché de chiens et de chats qui ne peuvent pas respirer correctement ne soient bientôt plus qu’un mauvais souvenir. Cela passe notamment par un retour aux standards d’origine des races brachycéphales de telle sorte que les animaux qui ont hérité d’un morphotype extrême soient sanctionnés en exposition et écartés de la reproduction.

 

* http://www.vethelpdirect.com, interactive online advice from vets, voir aussi http://pedigreedogsexposed.blogspot.fr/2016/05/open-letter-to-uk-vets-stand-up-and-be.html, open letter to UK vets: stand up and be counted on the brachycephalic issue.

** http://www.thepetitionsite.com/en-gb/834/770/118/urgent-call-by-vet-profession-for-working-party-on-brachycephalic-dogs-and-cats/

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de compagnie
La FDA alerte les propriétaires de chiens sur l’intoxication au xylitol (E967), un édulcorant présent dans de nombreux produits et aliments courants
Xylitol : ce faux sucre est toxique chez le chien, voire mortel

La Food and Drug Administration (FDA) alerte les propriétaires de chiens sur l’intoxication au xylitol (E967), un édulcorant présent dans...

Fermer