Le laboratoire Merial passe de Sanofi à Boerhinger Ingelheim

Vetitude.fr | Le

La Commission européenne a donné son feu vert à l’acquisition de Merial par Boerhinger Ingelheim. En contrepartie, Merial devra céder plusieurs vaccins et médicaments vétérinaires au laboratoire Ceva, qui devrait ainsi renforcer sa présence dans le domaine de la santé animale. L’opération globale concerne l’échange d’activités et la transaction est assortie d’un complément de prix à hauteur de 4,7 milliards d’euros.

 

merial-ceva-sanofi-boerhinger-ingelheimAlors que les fusions et acquisitions semblaient avoir ralenti ces derniers mois dans l’industrie pharmaceutique, l’opération qui se profile devrait concentrer encore davantage le marché du médicament vétérinaire.

Concrètement, le groupe français Sanofi cède donc ses activités vétérinaires à son homologue allemand Boerhinger Ingelheim. Comme il s’agit d’un échange d’actifs, ce dernier lui cède de son côté ses activités grand public. Cela permet à Sanofi de se concentrer sur le marché des médicaments sans prescription. En termes de valorisation, l’ensemble des actifs cédés est estimé à plus de 20 milliards d’euros. Le laboratoire Merial est valorisé à 11,4 milliards et l’activité “santé grand public” de Boerhinger Ingelheim à 6,7 milliards. D’où le complément de prix de la transaction à hauteur de 4,7 milliards d’euros. En France, le laboratoire allemand passe grâce à Merial de la neuvième à la première place, avec environ un quart des parts de marché. À l’échelle mondiale, Boerhinger se classe deuxième, derrière Zoetis.

 

Bruxelles pose ses conditions

Les activités des deux laboratoires sont concurrentes dans le domaine des produits biologiques (vaccins destinés aux porcs et aux ruminants), pharmaceutiques (anti-inflammatoires sous formes injectables et orales, notamment AINS équins, antimicrobiens et autres produits de spécialité), et des compléments alimentaires (pour animaux souffrant d’arthrose). La Commission européenne n’a pas soulevé de problème de concurrence pour l’ensemble des produits pharmaceutiques autres que les anti-inflammatoires non stéroïdiens et les compléments alimentaires, car les parts de marché ne présentent pas de leadership.

 

Ceva Santé animale se renforce

Ainsi, concernant le seul secteur vétérinaire, plusieurs spécialités vont être cédées : les vaccins Circovac®, Progressis®, Parvovax®, Parvovurax® et Mucossifa®, les produits pharmaceutiques Allevinix®, Equioxx® injectable et pâte orale, Genixine®, Ketofen® et Wellicox®. L’ensemble de la production est transféré à Ceva Santé animale. Aucune rupture de stock n’aura donc lieu, les cédants s’engageant à approvisionner le marché durant le transfert de la production.

Le groupe Ceva, dirigé par Marc Prikazsky, est déjà leader sur le marché des vaccins pour animaux de compagnie, ruminants, porcs et volailles. Pour rappel, Ceva a été créé en 1999 à la suite d’une scission de l’activité santé animale de… Sanofi !

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Pharmacie
la convention Médicrime couvre tous les produits médicaux, à usage humain et à usage vétérinaire, disponibles sans ou sur prescription
Médicaments contrefaits : la convention Médicrime entre en vigueur le 1er janvier prochain en France

Fin septembre 2016, la France a ratifié la convention du Conseil de l’Europe sur la contrefaçon des produits médicaux et...

Fermer