Feline Grimace Scale : une “échelle de la grimace” mesure la douleur aiguë chez le chat

Vetitude.fr | Le

Marina Cayetano Evangelista, vétérinaire et doctorante à l’université de Montréal, vient de mettre au point une grille pour mieux évaluer la douleur aiguë chez le chat. Ce travail vise à une mesure subjective de la douleur, fondée sur l’évaluation des grimaces et expressions faciales du chat. L’outil clinique spécifique, baptisé Feline Grimace Scale, a été élaboré à Saint-Hyacinthe. En complément d’autres indicateurs, il devrait permettre une détection plus précise de la douleur aiguë féline et faciliter sa reconnaissance par les vétérinaires.

 

La mesure objective de la douleur, via des paramètres cliniques tels que les fréquences cardiaque et respiratoire ou le diamètre pupillaire, n’est pas corrélée avec des signes douloureux chez le chat. De fait, peu de travaux ont été réalisés pour cette espèce et il n’existe pas d’outils de mesure validés utilisables pour cette espèce. Ainsi, l’évaluation de la douleur féline est prioritairement subjective et repose sur des signes peu spécifiques.

L’approche adoptée par l’équipe de Saint-Hyacinthe (Québec) s’est focalisée sur la tête du chat, davantage susceptible d’indiquer des signes de douleur mesurables. Un chat qui souffre adopte généralement une attitude faciale caractéristique : les oreilles sont rabattues, les yeux clos, le front plissé, les vibrisses tournées vers l’avant, le nez est en pointe et la tête rentrée dans les épaules. La détection de ces ressentis douloureux reste toutefois approximative. Il est parfois difficile pour le propriétaire et pour le vétérinaire de savoir à quoi s’en tenir, puisque le chat est un animal discret qui a tendance à se cacher quand il ressent de la douleur.

Dans le cadre d’une étude prospective effectuée à la Faculté de médecine vétérinaire québécoise, des chats atteints de différentes maladies ont été observés pendant plusieurs mois. Avec l’accord de leurs propriétaires et de l’équipe soignante, 31 chats exprimant une douleur plus ou moins intense ont été sélectionnés et opposés à 20 chats bien portants. Les chats malades ont été filmés et photographiés sous plusieurs angles et à plusieurs étapes de leur traitement, ce qui a permis de fournir suffisamment d’informations pour mettre au point le nouvel outil de mesure, qui donne rapidement une indication sur l’état de souffrance d’un animal.

La Feline Grimace Scale se présente comme un tableau que l’utilisateur peut remplir après quelques minutes d’observation. Entre 0 (aucun signe) et 2 (signe très net), le vétérinaire évalue si le chat a les yeux ouverts (0), partiellement fermés (1) ou fermés (2), et si sa tête est dressée ou si elle a plutôt tendance à s’enfoncer entre les épaules. Il note également la position des vibrisses (tendues et orientées vers l’avant ou rabattues, dénotant un malaise) et des oreilles (tournées vers l’avant et pointées vers le haut, le chat se sent bien). Le nez, plus difficile à observer, forme des angles arrondis quand tout va bien, alors qu’il est plutôt triangulaire dans le cas contraire. Plus la note globale s’approche de 10, plus la douleur de l’animal est aiguë. La Feline Grimace Scale propose au final un complément à l’évaluation de la douleur féline.

Dans la littérature scientifique, l’étude approfondie des signes indicateurs de douleur, à partir d’une grille similaire, est bien documentée pour les animaux de laboratoire (souris, rats) et les chevaux, mais elle n’a jamais été menée auprès de chats domestiques. Chez le chien, compte tenu de la diversité des morphologies et des races canines, un tel outil serait beaucoup plus complexe à mettre au point.

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de compagnie
Les vétérinaires pour animaux de compagnie africains vont constituer une base de données sur les maladies vectorielles chez chiens et chats en Afrique
Maladies vectorielles : un programme panafricain de contrôle des infections chez le chien et le chat est lancé

Un vaste programme de surveillance des maladies infectieuses à transmission vectorielle chez le chien et le chat vient d’être engagé...

Fermer