Diplôme vétérinaire : l’actualisation du référentiel en voie d’être finalisée

Vetitude.fr | Le

Un nouveau référentiel de diplôme vétérinaire, en cours de modernisation depuis bientôt un an, est sur le point d’être publié. Pour l’Institut agronomique vétérinaire et forestier de France (Agreenium), chargé de la coordination des travaux lancés en octobre 2016, cette actualisation est indispensable pour conforter la reconnaissance internationale du diplôme français, surtout depuis que les nouvelles procédures d’accréditation de l’Association européenne des établissements d’enseignement vétérinaire (AEEEV) ont introduit, en mai 2016, la nécessité de garantir l’évaluation des compétences des étudiants. Ainsi, l’objectif est de prendre en compte les attentes des acteurs professionnels et des particuliers, mais aussi les normes internationales récentes en termes de formation.

 

Le référentiel de diplôme vétérinaire actuel, qui définit la formation initiale, remonte à juillet 2008. Le chantier de sa modernisation, piloté par Agreenium, vient d’entrer dans sa phase finale. Le projet a été mené en concertation avec les quatre écoles vétérinaires (ENV d’Alfort, de Toulouse, de Lyon et de Nantes), selon une approche pédagogique par compétences attendues du jeune vétérinaire au premier jour de l’obtention de son diplôme (modèle anglo-saxon), par opposition à l’approche par disciplines. Le référentiel de diplôme devrait comporter une quarantaine de compétences de base, à leur tour déclinées en capacités (actions à maîtriser) qui seront évaluées.

La réunion de lancement du projet avait réuni, le 4 octobre 2016, 75 enseignants et vétérinaires de tous les horizons, issus des quatre ENV. Huit groupes de travail, composés d’enseignants et de personnalités extérieures, ont ensuite planché sur les compétences des futurs diplômés : conseiller et prévenir, établir un diagnostic, soigner et traiter, agir pour la santé publique, gérer une entreprise, communiquer, agir en scientifique, agir de manière responsable. Après une phase de rédaction du projet de référentiel par ces groupes, des consultations élargies ont eu lieu au sein des écoles vétérinaires.

À ce stade, huit macro-compétences ont été adoptées : quatre compétences spécifiques au métier de vétérinaire (le conseil, le diagnostic, les soins et le traitement, la santé publique) et quatre compétences qualifiées de transversales, à acquérir également lors du cursus (la gestion de l’entreprise, la communication, l’action scientifique et la responsabilité).

Pour s’assurer que le référentiel rénové est bien adapté aux besoins actuels et futurs en matière de formation initiale des vétérinaires, le consensus atteint a été soumis à plusieurs personnalités qualifiées, extérieures aux écoles vétérinaires françaises, choisies pour couvrir l’ensemble des exercices de la profession vétérinaire. L’analyse de leurs réponses est en cours.

La dernière étape du projet sera celle de sa validation officielle devant le Conseil national de l’enseignement supérieur et de la recherche agricole, agroalimentaire et vétérinaire (Cneseraav). Sa publication devrait quant à elle intervenir d’ici à la fin de l’année, avec un léger retard par rapport au calendrier initial. La mise en œuvre du nouveau référentiel ne se fera pas avant la rentrée 2018, voire 2019.

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Actualité
Les vétérinaires sanitaires, en raison de leur obligation d’informer la DDPP de tout cas de maltraitance animale, auront un rôle déterminant à jouer dans ce cadre préventif
Maltraitance animale : des cellules départementales de prévention et de lutte bientôt opérationnelles

Une instruction de la Direction générale de l’alimentation (DGAL), publiée le 12 septembre, vise à déployer d’ici à l’an prochain,...

Fermer