Dentisterie vétérinaire : premières lignes directrices mondiales chez l’animal de compagnie

Vetitude.fr | Le

La World Small Animal Veterinary Association (Wsava) vient de publier des recommandations en matière de soins bucco-dentaires chez les animaux de compagnie. Les Wsava’s Global Dental Guidelines proposent ainsi des bonnes pratiques, applicables à l’échelle mondiale, pour permettre aux vétérinaires d’améliorer la reconnaissance des affections dentaires et de mettre en œuvre les meilleurs traitements. Au-delà de l’actualisation des normes et des techniques en dentisterie vétérinaire, l’objectif est d’aider à combler les écarts observés dans l’enseignement de cette discipline au niveau international et de mettre davantage l’accent sur la santé bucco-dentaire dans le cursus vétérinaire.

 

Les maladies bucco-dentaires et maxillo-faciales, fréquemment observées en pratique canine, sont particulièrement douloureuses pour l’animal. Non ou mal traitées, les infections au départ localisées peuvent s’étendre et devenir systémiques, compromettant la santé et la qualité de vie du chien ou du chat. Ainsi, pour la Wsava, la dentisterie est un domaine de la médecine vétérinaire qui est encore largement ignoré ou mal appréhendé, alors que les affections rencontrées sont source de douleur et préoccupantes en termes de bien-être animal. Une normalisation et un enseignement plus poussé de l’odontologie dans les écoles vétérinaires sont, selon elle, les clés de la progression des compétences dans cette discipline.

Les lignes directrices, élaborées par des dentistes vétérinaires issus des cinq continents, visent à fournir aux praticiens l’information nécessaire pour adopter de meilleures pratiques en thérapie dentaire et établir des normes minimales applicables aux soins. Au-delà du niveau d’équipement préconisé et des recommandations thérapeutiques, la Wsava souligne les exigences en matière d’anesthésie et de traitement de la douleur chez l’animal. Elle dénonce les effets délétères des procédures sans anesthésie, au mieux inefficaces, voire préjudiciables.

Les directives proposent des ressources scientifiquement fondées et une mise à jour des connaissances sur les maladies et les traitements courants, la thérapie parodontale, les extractions et les examens radiologiques. Un système de notation de la santé dentaire de l’animal, facilement réalisable et reproductible, est également inclus. En outre, des sections ciblent la maîtrise de l’anesthésie et la prise en charge de la douleur lors des procédures et soins dentaires, même à domicile. Des informations nutritionnelles et des recommandations sur le rôle des écoles dans l’évolution de la dentisterie vétérinaire sont également proposées.

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de compagnie
Les recherches pour prévenir la coccidioïdomycose chez le chien vont bénéficier d’une subvention de 4,8 millions de dollars accordée par le NIH.
Coccidioïdomycose: l’université d’Arizona obtient 4,8 millions pour développer un vaccin canin

Les recherches menées outre-Atlantique pour prévenir la coccidioïdomycose chez le chien vont bénéficier d’une subvention de 4,8 millions de dollars...

Fermer