Cursus vétérinaire belge : le nouveau concours de fin de première année aura lieu en juin

Vetitude.fr | Le

Face à l’augmentation chronique du nombre d’étudiants en médecine vétérinaire en Belgique, le ministère belge de l’Enseignement supérieur a mis en place un concours en fin de première année de premier cycle (appelée Bac 1) destiné à restreindre l’accès à la suite du cursus. Les sciences vétérinaires sont ainsi soumises à une sélection au terme de la première année, comme la médecine et l’odontologie depuis 2015, en plus des épreuves en janvier. L’objectif est de réduire le nombre d’étudiants vétérinaires en master 1 (4e année du cursus), aujourd’hui exclusivement assuré par l’université de Liège (ULg). Pour les non-résidents, le tri se déroule désormais en deux étapes : quota de 20 % à l’entrée, puis concours pour la poursuite du cycle (nouveau quota de 20 %).

 

Pour faire face à la surpopulation d’étudiants qui étudient les sciences vétérinaires dans les universités belges, tant résidents qu’étrangers, un décret* prévoit que seuls 276 d’entre eux pourront poursuivre leurs études. Ainsi, sur les 840 étudiants inscrits en Bac 1 vétérinaire dans la Communauté française, à peine un sur trois sera admis en deuxième année de bachelier (Bac 2). Le nouveau règlement** s’applique dès l’année académique 2016-2017. Annexé à l’arrêté paru le 15 février 2017, il « précise les modalités d’accès au concours, de délibération, de classement et de délivrance des attestations d’accès à la suite du premier cycle en sciences vétérinaires ». La première session de ce concours sera donc organisée en juin 2017, à la fin du deuxième quadrimestre. Le classement devrait être publié au plus tard le 10 juillet.

cursus veterinaire etudes veterinairesIl est également prévu de limiter le nombre des lauréats non résidents (essentiellement des étudiants français) à 20 % du total des admis à poursuivre le programme du cycle, ce qui représente une cinquantaine de places seulement. L’attestation d’accès « est délivrée à la suite du concours aux étudiants classés en ordre utile et ayant acquis ou valorisé au moins 45 des 60 premiers crédits du programme d’études de premier cycle ». Les nombreux Français attirés par le cursus vétérinaire belge sont par ailleurs soumis à un autre quota de 20 % qui, depuis 2006, limite l’inscription des non-résidents en première année, suivi d’un tirage au sort des candidats en cas de dépassement du quota.

Au final, la faculté de médecine vétérinaire de l’université de Liège compte sur la double procédure de sélection pour limiter le nombre global d’inscriptions annuelles. Il est vrai qu’elle accueille à elle seule, chaque année, quelque 400 étudiants en master 1, alors que ses infrastructures et ses moyens d’encadrement ne sont prévus que pour 250, ce qui nuit à la qualité de l’enseignement dispensé, surtout la formation clinique.

Les recalés au nouveau concours conserveront toutefois les crédits acquis et pourront se réorienter vers d’autres filières scientifiques ou tenter leur dernière chance l’année suivante. Le dispositif sélectif, pleinement en vigueur à partir de l’année académique 2017-2018, sera appliqué pendant quatre ans avant d’être évalué.

 

* http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi/article_body.pl?language=fr&caller=summary&pub_date=16-09-12&numac=2016029350

** Règlement fixant les modalités d’établissement du classement et de délivrance des attestations d’accès à la suite du programme du cycle pour les études de sciences vétérinaires, arrêté du 25 janvier 2017, http://www.ejustice.just.fgov.be/cgi/article_body.pl?language=fr&caller=summary&pub_date=17-02-15&numac=2017010616

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Actualité
Alors que la fermeture officielle de la chasse intervient le 31 janvier, lSégolène Royal, a autorisé les chasseurs à continuer de tirer les oies sauvages
Chasse aux oies : un délai supplémentaire de dix jours est accordé aux chasseurs français

Alors que la fermeture officielle de la chasse intervient chaque année le 31 janvier, la ministre de l’Écologie, Ségolène Royal,...

Fermer