Cellules souches chez le chat : une thérapie prometteuse pour traiter plusieurs maladies félines

Vetitude.fr | Le

Les applications cliniques actuelles et potentielles de la thérapie à base de cellules souches mésenchymateuses chez le chat sont explorées dans une étude publiée dans le Journal of Feline Medicine and Surgery*. Fondée sur les propriétés immunomodulatrices des cellules souches félines, les essais cliniques menés par les deux auteurs, issus des universités de l’Ohio et de Californie (UC Davis), montrent l’intérêt de cette nouvelle stratégie thérapeutique pour traiter des affections telles que la gingivostomatite, les maladies inflammatoires chroniques de l’intestin, l’asthme, voire l’insuffisance rénale.

 

La thérapie régénérative, à base de cellules souches, est reconnue comme une option thérapeutique d’avenir pour le traitement de nombreuses maladies, tant chez l’homme que chez l’animal. L’utilisation de cellules souches dérivées de la moelle osseuse est notamment bien établie dans le traitement des cancers humains, et des applications vétérinaires sont en cours d’évaluation.

Dans le cadre de cette étude américaine, qui vise à évaluer l’innocuité et l’efficacité de ce traitement innovant, des chats atteints de maladies chroniques (gingivostomatite, insuffisance rénale, entéropathies et asthme) ont reçu des cellules souches dérivées du tissu adipeux par voie intraveineuse. Ces essais ont donné des résultats encourageants. Le traitement a généralement été bien toléré, avec peu d’effets secondaires et, dans plusieurs cas, a entraîné une amélioration clinique notable, voire une guérison. Seule exception, l’utilisation de cellules souches dans le traitement de l’insuffisance rénale chronique, en dépit d’une diminution des concentrations sériques de créatinine, n’a pas conduit à une amélioration cliniquement significative de la fonction rénale. Jusqu’à présent, aucun des essais menés chez le chat atteint d’IRC n’a permis de reproduire les résultats positifs obtenus chez les rongeurs.

D’autres maladies pourraient néanmoins bénéficier de l’émergence de cette nouvelle stratégie thérapeutique, comme l’arthrose féline et les cardiomyopathies. Selon les deux auteurs, la thérapie de cellules souches mésenchymateuses est une option prometteuse pour traiter les maladies félines, même si de nombreuses questions restent à résoudre concernant les protocoles d’utilisation : quelle est la source la plus appropriée de cellules souches (allogénique versus autologue, culture-amplification versus fraction vasculaire stromale) ? Quelle est la voie d’administration optimale ? Quel est l’impact du statut du donneur (âge, maladie, sexe) sur la fonction des cellules souches ?, etc. D’autres recherches sont en cours pour explorer plusieurs de ces aspects, afin de valider scientifiquement les promesses de la thérapie cellulaire chez le chat.

 

* J.M. Quimby et D.L. Borjesson : Mesenchymal stem cell therapy in cats. Current knowledge and future potential, J. Feline Med. Surg. 2018, http://journals.sagepub.com/doi/abs/10.1177/1098612X18758590

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de compagnie
Les aliments secs contenaient des concentrations de parabènes et de leurs métabolites plus élevées que les aliments humides, et les aliments pour chats des concentrations plus élevées que les aliments pour chiens.
Exposition aux parabènes : les animaux de compagnie ne sont pas épargnés

L’exposition des animaux de compagnie, tels que les chiens et les chats, à un large éventail de produits chimiques présents...

Fermer