Bien-être animal : la production d’œufs issus de poules en cages devrait encore reculer en France

Vetitude.fr | Le

Pour répondre à une demande sociétale de plus en plus forte, l’interprofession de l’œuf vient d’annoncer que d’ici à 2022, la moitié des poules pondeuses françaises seront élevées dans des systèmes alternatifs à l’élevage en batterie. Le Comité national pour la promotion de l’œuf (CNPO) s’est engagé, le 14 octobre, à mettre en place une démarche volontaire en faveur des modes de production biologique, de plein air ou au sol (codes 0 à 2). Actuellement, seulement 32 % des poules françaises (soit 15 millions) bénéficient d’un élevage en système alternatif. Il s’agit donc d’augmenter cet effectif de 10 millions de poules supplémentaires en six ans, à raison de 2 millions de poules par an à partir de 2017, pour atteindre un taux de 50 % en 2022.

 

oeufs-de-poulesLa France, premier producteur d’œufs en Europe, élève encore 68 % de ses poules pondeuses en cages* (soit 32 millions). Pour les consommateurs, l’évolution de la filière vers un élevage plus respectueux du bien-être animal doit s’intensifier, l’heure n’est donc plus à investir dans des cages. Mais les éleveurs français peinent à produire suffisamment d’œufs hors du circuit conventionnel. La mise aux normes européennes de leurs exploitations (cages aménagées), intervenue en 2012, n’est pas encore amortie qu’il faut moderniser les équipements ou se reconvertir pour faire face à la demande croissante d’œufs issus de l’élevage biologique et de plein air. Selon, le CNPO, les systèmes de production alternatifs sont pourtant passés de 6,3 % de l’effectif total de poules pondeuses en 1996 à 32 % en 2015. Mais pour atteindre 50 % en 2022, il faudra investir quelque 500 millions d’euros, en mobilisant tous les partenaires de la filière et les acteurs du marché.

Du côté de la grande distribution, l’élimination progressive des œufs de batterie (code 3) est également en marche, même si le calendrier annoncé peut paraître à trop longue échéance. Ainsi, le distributeur Lidl vient de rejoindre les enseignes Monoprix, Aldi, Colruyt, Atac, Maximarché et Bi1 dans leur engagement à ne vendre que des œufs issus d’élevages hors cages en France.

  • Lidl France s’est engagé, le 14 octobre, à éliminer les œufs de poules élevées en cage des rayons de ses supermarchés d’ici à 2025, mais aussi des produits transformés sous sa propre marque (pâtes, biscuits, sauces, etc.) d’ici à 2020.
  • Monoprix a stoppé la vente d’œufs coquille (vendus en boîtes) issus de poules élevées en cage depuis avril 2016. Les œufs de code 3 sont désormais absents des rayons de tous ses magasins. En 2013, l’enseigne avait été la première à cesser de vendre des œufs de codes 2 (élevage au sol) et 3 (en cages) sous sa propre marque.
  • Aldi cessera de vendre des œufs de poules élevées en cage dans ses quelque 5 000 magasins répartis dans neuf pays européens, dont la France (environ 900 magasins), d’ici à 2025. C’est déjà le cas dans les supermarchés Aldi en Belgique, aux Pays-Bas et en Allemagne.
  • Les enseignes Colruyt France (environ 60 magasins), Atac, Maximarché et Bi1 (plus de 160 magasins) ont pris l’engagement de ne vendre que des œufs issus d’élevages hors cages, pour leurs marques propres comme pour les autres marques, et ont donc retiré les œufs de batterie de leurs rayons.

 

Quant au secteur agro-alimentaire français, il n’est pas en reste. Ainsi, des groupes de restauration collective se sont engagés à ne s’approvisionner qu’en œufs de poules provenant d’élevages alternatifs à la cage.

  • Sodexo, entreprise française présente dans 80 pays et qui achète environ 250 millions d’œufs chaque année, ne se fournira qu’en œufs (liquides et coquilles) de poules provenant d’élevages hors cages dans le monde entier d’ici à 2025. C’est déjà le cas en Belgique depuis 2008 et en Allemagne depuis 2015.
  • Compass Group, autre leader mondial de la restauration collective présent dans 50 pays, n’utilisera plus d’œufs (coquilles et liquides) issus de poules élevées en cage d’ici à 2025, dans le monde entier.

 

Au-delà de nos frontières, en Belgique, aux Pays-Bas ou en Allemagne, tous les supermarchés ont déjà banni de leurs rayons les œufs de poules élevées en cages. C’est aussi le cas de chaînes de la grande distribution comme Coop Italia en Italie, ou encore Sainsbury’s et Tesco au Royaume-Uni. Outre-Atlantique, plus de 60 des plus importantes entreprises du secteur agro-alimentaire américain, McDonald’s USA et Walmart en tête, se sont engagées à n’utiliser que des œufs hors cages d’ici à moins de dix ans.

 

4 catégories d’œufs selon le mode d’élevage

Code 0 : œufs de poules élevées en plein air (élevage biologique)
Code 1 : œufs de poules élevées en plein air (dont Label rouge)
Code 2 : œufs de poules élevées au sol
Code 3 : œufs de poules élevées en cages
Code FR : œufs produits en France.

 


 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Animaux de rente
Pour la FVE, les animaux doivent être élevés aussi près que possible de leur lieu de naissance et abattus aussi près que possible du lieu de production
Exportation d’animaux vivants : la FVE prend de nouveau position contre le transport longue distance

Chaque année, plus de 3 millions d’animaux sont exportés de l’Union européenne vers des pays tiers. Avec plus de 80...

Fermer