Antibiorésistance : des progrès mondiaux dans l’usage raisonné des antibiotiques chez l’animal

Vetitude.fr | Le

Le troisième rapport de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE) révèle un emploi plus responsable à l’échelle mondiale des agents antimicrobiens chez les animaux. La situation s’est améliorée, tant au niveau de la réglementation que du suivi. Selon les conclusions du recueil annuel des données mené auprès de 155 pays, de 2015 à 2017, les recommandations de l’OIE en matière de bon usage des antibiotiques et de lutte contre l’antibiorésistance ont été globalement entendues… même s’il reste beaucoup à faire.

 

L’OIE a mis en œuvre une base de données mondiale sur les agents antimicrobiens destinés à être utilisés chez les animaux en octobre 2015. Tous les ans, elle est alimentée par les pays qui ont choisi d’y contribuer. Pour son troisième rapport, un nombre record de 155 pays y ont participé, ce qui révèle une meilleure prise de conscience du problème de l’antibiorésistance au plan international. L’objectif est de renforcer la capacité de chaque État à recueillir les données issues de la surveillance nationale.

L’OIE prône une utilisation raisonnée des antibiotiques et d’autres médicaments vétérinaires importants dans les domaines de la santé et des productions animales. L’une de ses principales recommandations concerne l’abandon du recours aux antibiotiques d’importance critique pour la promotion de croissance des animaux de production. Sur ce plan, une amélioration est relevée. Cet usage a régressé dans une quinzaine de nouveaux pays par rapport au précédent rapport (passant de 60 pays utilisateurs à 45). Toutefois, les antimicrobiens essentiels comme la colistine, classés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans la catégorie “d’importance critique”, continuent d’être utilisés comme promoteurs de croissance dans plusieurs régions du monde. Une pratique qui compromet l’efficacité de nombreux médicaments antibiotiques, tant chez l’animal que chez l’homme.

Malgré tout, l’évolution reste positive : si 72 pays ne disposent toujours pas de cadre réglementaire concernant l’utilisation des promoteurs de croissance, une quarantaine d’autres ont mis en œuvre une réglementation pour encadrer cet usage, et plus généralement l’utilisation des agents antimicrobiens, depuis le premier rapport de la base de données. Ainsi, des mesures importantes ont déjà prises, comme la mise en place de systèmes de surveillance et le contrôle des usages, à la fois en santé humaine et en santé animale.

Il y a encore un long chemin à parcourir. À commencer par le processus de collecte des données au sein de nombreux pays, qui se heurte à plusieurs obstacles en l’absence d’outils et de ressources humaines adéquats, ou encore en raison d’un défaut de coordination et de collaboration des autorités nationales, entre elles et avec le secteur privé. Pourtant, chaque année, de plus en plus de pays sont en mesure de rapporter non seulement des données qualitatives, mais aussi quantitatives sur les antimicrobiens utilisés (+ 32 % de données quantitatives depuis la première collecte).

Ainsi, des progrès significatifs ont bien été accomplis, mais il reste encore beaucoup à faire dans le combat contre l’antibiorésistance. Pour cette raison, l’implication de tous les acteurs est requise, des vétérinaires aux éleveurs, en passant par les administrations et les industriels de l’agroalimentaire.

 

 

 

Partager cet article :

Articles qui pourraient vous intéresser

Plus dans Pharmacie
Fruit de trois ans de travail, le protocole entre le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires (Cnov) et le Syndicat de l’industrie du médicament et réactif vétérinaires (SIMV) vient d’être reconduit
Loi anti-cadeau : l’Ordre et l’industrie du médicament vétérinaire reconduisent leur protocole de transparence

Fruit de trois ans de travail, le protocole entre le Conseil national de l’Ordre des vétérinaires (Cnov) et le Syndicat...

Fermer